Am Fred B.

Dernier commentaire

12 juin 2021

Jeu sérieux

Rappelez-vous : il fut un temps où la correspondance avait ses lettres de noblesses, où les recherches se faisaient en fouillant dans les bibliothèques. Le Tellier nous transporte dans ce temps lointain, délicieux et cruel.
Un chroniqueur gastronomique français a choisi le pseudonyme de Giovanni d'Arezzo ; un homonyme florentin lui écrit : et voilà lancée la machine littéraire !
N'oublions pas qu'Hervé Le Tellier est mathématicien de formation, membre de l'Oulipo où se pratiquent avec facétie les expériences littéraires ; qu'il fut l'inventeur d'un philosophe fictif, Jean-Baptiste Botul ; que son dernier roman, prix Goncourt, joue avec le réel ... Nous voilà avertis!
De fait, ce roman est tout en chausse-trapes, mais il se lit d'une traite car on se laisse piéger. Une lettre en appelle une autre, et l'on ne sait plus qui feint ou qui dit vrai -peut-être un mélange des deux?
C'est du sérieux : il y est question d'amour, d'enfance et de trésors cachés. C'est un jeu, mais le plus sérieux des jeux, celui de la fiction.

C'est intelligent, amusant et sensible.

Frédéric