Marianne K.

La part des nuages
16,00
par (Libraire)
20 août 2014

Ce court texte, intense et poétique, aborde la question de la relation filiale : quels lien et quelle force unissent un père et son fils ? Alors que ce dernier est parti passer quelques jours chez sa mère, un père délaisse toutes ces obligations, se laissant porter au gré de ses envies, tout en réfléchissant à sa vie et à l'importance de son enfant...

Profanes
7,80
par (Libraire)
21 juin 2014

Lorsque Octave Lasalle, 90 ans, ancien chirurgien, se rend compte qu'il ne peut plus rester seul chez lui, il décide d'engager quatre personnes pour l'aider au quotidien et être présentes à chaque heure du jour et de la nuit. Yolande, Béatrice, Hélène et Marc, choisis avec soin, se succèdent dans la grande maison silencieuse du vieil homme. Peu à peu, les cœurs et les esprits s'ouvrent, le passé et le présent s'apprivoisent, les blessures se referment, les liens se tissent.
Par ce formidable roman, d'une poésie et d'une richesse incroyable, Jeanne Benameur parvient à redonner foi en l'humanité.

Réparer les vivants
par (Libraire)
30 mai 2014

Le personnage principal de ce roman, ce n'est ni la mère ni le père du jeune garçon qui, victime d'un grave accident de la route, est plongé dans un coma profond et irréversible ; ce n'est pas le médecin qui annonce la mauvais nouvelle aux parents effondrés, ni même l'infirmier qui leur parle du don d'organe ; ce n'est pas non plus Juliette, la petite amie qui, si jeune, voit sa vie bouleversée ; non, le personnage principal de Réparer les vivants, c'est le cœur de Simon, ce cœur qui continue de battre artificiellement et qui pourrait permettre à Claire de vivre ! 24 heures... 24 heures de souffrance, d'hésitation, de peur, de frénésie et d'excitation... 24 heures pour que ce cœur quitte le corps sans vie de Simon et soit transplanté dans celui de Claire, vivant mais malade... 24 heures pour « réparer les vivants ».
Le plus difficile, en ce qui concerne la lecture du magnifique roman de Maylis de Kerangal, c'est de réussir à déchiffrer le texte quand on a les yeux embués de larmes... Il est d'une beauté à couper le souffle, il est d'une telle intensité que l'on ne peut lâcher l'ouvrage tant que la lecture n'est pas terminée ! L'auteure parvient avec majesté à nous faire ressentir toutes les émotions contradictoires qui propulsent les personnages dans des états seconds ; on côtoie tour à tour la douleur, la peine, l'espoir, l'appréhension... On s'attache à chacun, on apprécie la beauté du geste, et on pleure le fils perdu, l'amant disparu... Il se savoure, ce roman puissant et envoûtant !

Opération Sweet Tooth, roman
22,50
par (Libraire)
12 mai 2014

Dans la Grande-Bretagne des années 1970, Serena Frome est une jeune fille aussi belle qu'intelligente. Lectrice compulsive de tous les romans qui lui tombent sous la main, elle aimerait logiquement entamer des études d'anglais. L'avis maternel étant tout autre, c'est en licence de mathématiques que Serena devra finalement faire ses preuves. Diplôme de Cambridge en poche, elle est rapidement repérée par le MI5. Pourtant, dans ce contexte de guerre froide préoccupant, ce ne sont pas ses connaissances mathématiques qui lui permettront de mener à bien sa première mission à l'extérieur... En effet, la fameuse agence de renseignements anglaise souhaite approcher des écrivains montants et subvenir à leurs besoins tant que leur idéologie est conforme à celle du gouvernement ! L'opération « Sweet tooth » est lancée, Serena Frome entre dans la danse...

D'abord sous le charme de la plume de Tom Haley, l'écrivain dont elle a la charge, elle tombe finalement amoureuse de lui. Coincée dans ses mensonges, elle s'aperçoit qu'il est difficile de garder vie privée et vie professionnelle séparées bien longtemps, surtout pour un agent secret !

Roman d'espionnage drôle et captivant, ce texte est également une ode à la littérature et à tout ce qu'elle peut apporter dans une vie... Mais Opération sweet tooth s'avère surtout être un superbe roman d'amour, mêlant habilement sentiments, tromperies, réconciliation, et nous entraînant, au fil de rebondissements savamment mis en place, vers une fin d'une intensité incroyable !

Ce qui n'est pas écrit

Anne-Marie Métailié

18,00
par (Libraire)
22 février 2014

Lire entre les lignes « ce qui n'est pas écrit », c'est ce que l'on tente de faire tout au long de cet impressionnant roman de l'écrivain espagnol Rafael Reig. Thriller psychologique captivant, Ce qui n'est pas écrit laisse le lecteur au bord de la crise de nerf tant la tension qui règne au fil des pages est extrême !
Alors que son ex-mari et son fils sont partis camper en montagne, Carmen entend bien profiter de son week-end. La bouteille de whisky à portée de main, elle se plonge dans le manuscrit que son ex-mari lui a laissé avant de partir. Mais très vite, un certain malaise s'insinue dans son esprit : pourquoi Carlos a-t-il tant insisté pour qu'elle lise ce polar, sordide histoire d'enlèvement ? Et pourquoi son fils ne répond-il pas au téléphone ? Les ressemblances entre elle et un des personnages du roman ne sont-elles réellement que des coïncidences ?
Construit brillamment et jonglant avec les points de vue, ce roman nous emporte au cœur d'un trio plein de rancœur, de frustration, de peurs et de doutes, jusqu'au point de non retour...