Marianne K.

La nuit des béguines
par (Libraire)
4 septembre 2017

Liberté, liberté chérie.

Libres de Dieu comme des hommes, les béguines vivaient au moyen-âge en communautés, elles pouvaient choisir d’étudier, de travailler et de vivre comme bon leur semble ! En 1310, en plein Paris, l’une de ces communautés évolue paisiblement : Ysabel, qui connaît les secrets des plantes et en fabrique des remèdes, Ade, la jeune veuve solitaire, Jeanne, qui tient une boutique de tissus, et des centaines d’autres… Mais quand débarque Maheut la Rousse, jeune femme rebelle fuyant des noces imposées et pourchassée par un franciscain de sa région, la tranquillité du clos est rompue. À cette époque trouble, où les templiers sont pourchassés, où l’hérésie hante le royaume et où une béguine est brûlée vive pour un manuscrit interdit, ces femmes doivent redoubler d’ingéniosité pour préserver leurs liberté et leur mode de vie !
Étonnant par son thème, attachant par ses personnages - ces béguines libres d’esprit et de corps, à une époque où leurs semblables devaient obéissance à un père ou à un mari -, envoûtant par son style seyant parfaitement à l’époque contée, et étincelant par l’érudition joyeuse dont fait preuve Aline Kiner, La Nuit des Béguines est un récit éblouissant qu’on souhaiterait ne jamais quitter !

Pourquoi les oiseaux meurent
par (Libraire)
1 septembre 2017

Pluie d'oiseaux et tout le monde s'en fiche ?

Il a plu des oiseaux ! Cette information laisse le narrateur de Pourquoi les oiseaux meurent abasourdi. Ce qui le choque plus encore, c’est que tout le monde s’en fout ! Délaissant son appartement parisien et l’écriture d’une thèse déjà passablement abandonnée, le jeune homme décide de se rendre sur les lieux. Direction Bonsecours, près de Rouen, d’où il est justement originaire. Embarquant à bord d’un bateau de croisière pour troisième âge, il descend la Seine, espérant voir fleurir les indices le long du fleuve… Suivant les maigres pistes obtenues grâce à ses rencontres notre détective progresse lentement, mais il est très loin de se douter qu’il trouvera surtout ce qu’il n’était pas venu chercher !
Dans ce « rivertrip » tonitruant et bourré d’humour, Victor Pouchet parvient à entraîner le lecteur sur les traces d’un phénomène étonnant et inquiétant. Réalisant la prouesse de citer Frédéric Berthet et Charles H. Fort dans un même ouvrage, il nous invite à prêter un peu plus attention à notre étrange environnement !

Les éditions Finitude nous offre en cette rentrée un texte percutant et un objet particulièrement soigné, dont la couverture à elle seule mérite bien quelques instants d’observation (la liste du « casting » en dernière page vous laissera d’ailleurs rêveur) !

L'empire de l'illusion - La mort de la culture et le triomphe du spectacle
par (Libraire)
1 septembre 2017

Spectacle vs culture

Culture de la célébrité, télé-réalité, images retouchées et faux-semblant, système éducatif dominé par l’argent et les grandes entreprises, culte de la carrière et des réseaux, psychologie positive comme méthode de coercition… L’Empire de l’illusion est un essai édifiant sur l’appauvrissement de la culture au profit d’une société gangrenée par le culte de l’image et du spectacle et la recherche de bénéfices à tout prix !
Des spectacles de lutte professionnelle à l’univers de la pornographie en passant par les grandes universités américaines, Chris Hedges évoque de nombreux exemples, dans un style vif et rythmé. L’ancien correspondant de guerre, spécialiste des questions de société et de politique, nous invite à réfléchir et à prendre du recul sur les images qui envahissent nos vies !
Un essai passionnant et éclairant !

Par le vent pleuré
19,50
par (Libraire)
28 août 2017

Ete 1969 dans les Appalaches !

Quel bonheur de retrouver Ron Rash et les Appalaches pour un roman à l’intrigue intense et à l’atmosphère d’une étrange douceur…
Été 1969, Ligeia, jeune fille à problèmes, débarque dans la petite ville paisible dans laquelle Bill et Eugène vivent. Les deux frères passent leur été entre leur travail dans le cabinet médical de leur grand-père et des parties de pêche dans la rivière. La rencontre avec Ligeia leur fera découvrir bien des choses interdites : sexe, alcool, drogues… Mais à la fin de l’été, Ligeia disparaît et chacun reprend le cours de sa vie. 46 ans plus tard, Bill est devenu un brillant chirurgien et Eugène passe ses journée à picoler ; dans la presse, ce dernier apprend que les restes de la jeune fille ont été découverts, enterrés depuis près d’un demi siècle près de la rivière, non loin du lieu où ils avaient l’habitude de se retrouver. Que s’est-il réellement passé cet été-là ? Les deux frères peuvent-ils vraiment avoir confiance l’un en l’autre ?
Récit savamment construit, Par le vent pleuré tient le lecteur en haleine, recréant la touffeur et les désirs de liberté de cet été 1969 ! Rythmé par les références musicales rock de l’époque, ce roman haletant interroge les relations fraternelles et fait resurgir les fantômes d’un passé oublié...

Une rencontre à Pékin
par (Libraire)
28 août 2017

De l'intime à l'historique

A la fois récit intimiste et témoignage historique, Une rencontre à Pékin plonge le lecteur dans la Chine des années 1960, alors que le maoïsme est à son apogée et que la révolution culturelle s’annonce…
Jean-François Billeter, sinologue suisse, raconte le parcours qui l’a mené vers un événement majeur de sa vie : sa rencontre avec Wen, sa femme. Études de chinois à Paris, installation à Pékin, rencontre avec Wen, difficultés pour faire accepter leur relation, départ pour la Suisse, deux années passées à Kyoto, retour en Chine… JF Billeter, en parallèle de son histoire personnelle, dresse le portrait de la Chine de l’époque : étroite surveillance des faits et gestes de la population, étrangers tenus à distance de la réalité du pays, violence et intimidation !
Un texte passionnant et émouvant !