sandrine57

Lectrice compulsive d'une quarantaine d'années, mère au foyer.

L'Appel de la rivière, roman
8,10
25 septembre 2012

La Société des jeunes pianistes n'est plus. Ses membres se sont éparpillés. Irene-Margrete a quitté la Norvège et Rebecca s'est lancée dans des études de médecine. Quant à Anja Skoog, elle est morte, bien sûr, tout comme son père qui s'est tiré une balle dans la tête. Reste Aksel. Anéanti par la perte d'Anja, il a passé l'été au calme avec Rebecca et rentre à Oslo plus seul que jamais. Septembre est le mois des grandes décisions. Il sait que Selma Lynge, sa terrible professeure de piano, l'attend de pied ferme avec un programme de répétitions chargé. Mais il n'est plus certain de vouloir devenir pianiste. De réflexions en errances dans les rues de son enfance, il tombe par hasard sur une petite annonce.

Marianne Skoog, la mère d'Anja, loue une chambre dans sa maison désormais bien vide. Aksel se présente chez elle et s'installe dans la chambre de la jeune fille décédée. Minés tous les deux par le deuil, Marianne et Aksel se rapprochent et entament une relation.

Le premier volume de la trilogie de Ketil Bjørnstad était déjà sombre et éprouvant et rien ne s'arrange dans ce deuxième tome. Au contraire, j'ai trouvé l'ambiance malsaine. Aksel, tout jeune mais déjà bien malmené par la vie, se retrouve ici entre deux femmes, les deux bien plus âgées que lui mais tout aussi perturbées. La première, Selma Lynge, fonde tous ses espoirs sur les futurs débuts d'Aksel, qu'elle a programmés le jour même de son anniversaire. Pour qu'il réussisse, elle est prête à tout et ses leçons virent à la correction pure et simple. Bien sûr, on sent ses failles, ses craintes mais cela n'enlève rien à ses incroyables accès de colère. La seconde, Marianne Skoog, l'entraîne inexorablement dans son deuil, son chagrin, sa folie. Leur relation contre nature met mal à l'aise et l'on pressent qu'elle sera dévastatrice. Son mari et sa fille décédés, elle aurait pu être touchante mais s'attacher Aksel la rend dangereuse.
Tout au long du roman, la tension est palpable, le drame est là, latent, et on attend avec angoisse le moment où il éclatera et fera ses ravages. Les seuls moments de grâce sont ceux où la musique prend toute la place. Aksel écoute Mahler, Chopin, Beethoven, Marianne s'évade avec les disques de Joni Mitchell et évoque ses souvenirs de Woodstock.
Une lecture éprouvante.

La fracture de Coxyde
25 septembre 2012

Jacques Bower n'est pas au mieux de sa forme. Contraint à l'eau claire et au jus de fruits par sa dernière visite médicale, il peine même à satisfaire Véro, sa petite amie, toiletteuse pour chiens. Celui qu'on surnomme "le Goret" a besoin de changer d'air. Un petit article dans le journal va lui donner l'occasion de quitter Paris pour la côte belge. Là-bas, il rencontre Les reculistes, un groupes d'amis artistes qui vénèrent le peintre Paul Delvaux. L'un d'entre eux a renié ses idéaux de jeunesse pour enfin accéder à la fortune et la célébrité, un autre est mort, les autres sont terrorisés. Que se passe-t-il donc dans le petit monde de l'art de la côte belge?

C'est uniquement le titre qui m'a attirée avec ce livre de la collection "Polars en Nord". En vacances sur la côte belge, je ne pouvais qu'emporter dans mes bagages un roman dont l'action s'y déroulait. Bonne pioche avec ce polar bien sympathique. On y fait la connaissance du Goret, un détective atypique puisqu'il ne travaille que pour son bon plaisir. C'est lui qui choisit ses enquêtes et qui les mène jusqu'au bout peu importe s'il dérange. En l'occurrence, il a décidé d'aller se mêler des affaires d'un galeriste belge. Mais le détective free lance va vite se rendre compte que ce n'est pas l'amour de l'art qui prédomine dans ce petit coin de Flandres occidentale et va se frotter aux nationalistes flamands, des radicaux peu sympathiques bien décidés à se débarrasser de l'encombrant français.
Une petite ballade sur la côte, de d'Ostende à Coxyde, en passant par Veurne, un poil d'humour, des répliques qui font mouche, un héros opiniâtre et libre, une enquête dans le monde des partis radicaux flamands(dont on ne soupçonne pas la violence, nous français), un cocktail réussi pour un polar divertissant qui se lit avec jubilation.

La maison où je suis mort autrefois, roman
25 septembre 2012

Le narrateur est contacté par Sayaka, son ancienne petite amie, après des années de silence. Elle est désormais mariée et mère d'une petite fille. Mais son mari est souvent absent et sa fille vit avec ses beaux-parents. Elle dit ne pouvoir compter que sur lui pour l'aider à résoudre un problème. Elle lui confie n'avoir aucun souvenir de sa petite enfance et pense pouvoir trouver des réponses à ses questions grâce à une clé et un plan qu'elle vient de trouver dans les affaires de son père décédé. Réticent au début, le narrateur finit par accepter d'accompagner Sayaka et ensemble ils se rendent dans une maison perdue au fond d'un bois, près du lac de Matsubara. La maison est abandonnée, figée, comme si le temps s'y était arrêté il y a 23 ans à 11h11. Leur exploration les conduit au journal intime d'un jeune garçon, Yusuke, qui semble avoir vécu des heures sombres en ces lieux.

Reconstituant petit à petit le fil des évènements, ils cherchent le lien entre cet endroit et l'enfance de Sayaka.

Ambiance glauque, angoisse presque palpable, pudeur des sentiments, le japonais Keigo HIGASHINO réussit ici un huis-clos captivant, un roman sombre et oppressant qui mène le lecteur jusqu'au coeur d'une tragédie familiale. Dans une maison des plus inquiétantes, à l'écoute d'un petit garçon sérieux et heureux dont la vie tourne au cauchemar avec la disparition de son père et la survenue de "l'autre", un homme méprisable et violent qui le soumet à une torture autant psychologique que physique. Tout au long du récit, le lecteur se prend d'empathie pour ce bonhomme courageux, s'inquiète de son sort, mais les indices sont là et s'accumulent pour ne pas douter qu'au final le drame est inévitable. Quels séquelles garde-t-on de son enfance? Peut-on y trouver la source de nos comportements d'adulte? Par petites touches, l'auteur évoque la famille traditionnelle japonaise : le chef de famille décisionnaire, les enfants comme investissements pour l'avenir et la maltraitance, phénomène nouveau qui s'invite de plus en plus souvent dans les foyers.
Un très bon et très beau roman noir.

Une enquête du commissaire Van In, La Quatrième Forme de Satan, roman
25 septembre 2012

Rien ne va plus pour le commissaire van In de la police de Bruges! Quand il arrive sur les lieux d'une mort par noyade, la gendarmerie a déjà investit l'endroit et il a horreur des gendarmes! De retour au bureau, son chef lui met une pulpeuse journaliste dans les pattes. Et à la maison, Hannelore, enceinte jusqu'aux yeux, lui fait une scène de jalousie! Quand, en plus, il est accusé de corruption, c'est la goutte d'eau qui fait déborder le vase! Van In, secondé par son fidèle Versavel, est plus que jamais décidé à enquêter sur cette noyade qui cache un meurtre. Et qu'on ne vienne pas lui parler de satanisme ou autres fariboles! Van In sait bien qu'à Bruges, comme ailleurs, l'argent surpasse les croyances en tout genre. Chercher le pactole, c'est trouver le coupable!

Entre démêlés conjugaux et accusations mensongères, le commissaire Van In trouve encore le temps de se frotter à une secte sataniste qui sème le trouble dans la ville en attaquant une église. Heureusement, il ne perd ni son sens froid ni son sens de l'humour et nous régale encore une fois d'une enquête qui va secouer la bourgeoisie de Bruges. Si l'on se perd un peu dans une intrigue alambiquée, le plaisir est tout de même au rendez-vous et l'on ne peut qu'apprécier les personnages de Pieter ASPE et leurs caractères bien trempés...quitte à faire passer tout ça avec une bonne Duvel bien fraîche!

Le Collectionneur d'armes
25 septembre 2012

Quand la superbe Judith Claes rentre de sa journée de shopping, elle trouve la bibliothèque en désordre et son mari mort au sol. Mais Patrick Claes, riche trader en passe de devenir banquier, n'est que blessé. Seule la disparition de sa superbe collection d'armes anciennes est à déplorer. L'homme eet bien assuré, il sera très vite dédommagé et la police n'a pas à se mêler de cette affaire. Trop tard! Le commissaire Pieter Van In et le brigadier Guido Versavel arrivent bientôt dans la somptueuse villa du trader et flairent l'embrouille. Et Van In sait qu'il va pouvoir enquêter en toute quiétude puisqu'il a le nouveau juge d'instruction dans la poche. Normal! Il s'agit d'Hannelore qui a été promue et a repris le travail après la naissance mouvementée de leurs jumeaux.

C'est bien sûr sans compter sur l'esprit de compétition de la jeune femme, bien décidée à prouver qu'elle peut obtenir des résultats toute seule.

La naissance des jumeaux n'a pas assagi le commissaire Van In, toujours épris de Duvel, de cigarettes et de belles femmes. Elle n'a pas non plus adouci le caractère de la belle Hannelore, toujours intrépide et jalouse comme une tigresse. C'est donc sans trop se soucier de leur progéniture que ces deux-là vont courir après des financiers, des politiciens et même des tueurs à gages et des mafieux russes, mettant à l'occasion leurs vies en danger et à d'autres n'hésitant pas à payer de leurs corps dans un club échangiste.
Une enquête originale, un rythme effréné et toujours beaucoup d'humour, cette cinquième enquête du commissaire brugeois est un bon crû à lire sans modération.