Le Carnet À Spirales .

https://www.facebook.com/librairielecarnetaspirales/?fref=nf

Les lectures de l'équipe du Carnet à spirales pour vous aider dans vos choix, vous accompagner dans vos nuits blanches, dans vos heures d'évasions romanesques.
Peu adeptes des étoiles nous avons décidé d'en donner 5 par défaut à nos recommandations.
Au plaisir de vous lire et de vous recevoir au Carnet à spirales

Voyou / roman

Orlev, Itamar

Points

8,40
1 juillet 2020

adek, écrivain plus ou moins raté vivant à Jérusalem, décide de retourner en Pologne, son pays natal, pour y revoir son père, que sa mère, d'origine juive, lassée de sa brutalité, de son alcoolisme, de ses infidélités avait quitté vingt ans auparavant, emmenant ave elle ses enfants en Israël. Il pense que ce voyage sera l'occasion de se délivrer de cette image paternelle qui le hante, quelquefois aimante, souvent brutale et alcoolisée et espère une reconnaissance de la part de cet homme. Il y trouvera un vieillard diminué physiquement mais n'ayant rien perdu de sa virulence verbale et de sa violence, un homme ambivalent, égocentrique, menteur, qui n'a pas été épargné par la vie mais qui n'a épargné personne en retour, pas même sa famille. Une histoire de la Pologne, des années 40 jusqu'à la fin des années 80, une histoire d'un homme confronté à son démon, ce père qu'on aime et qu'on déteste, qui nous fait souffrir et qui étrangement nous attendrit malgré nous. Une confrontation père/fils haute tension.

Oublier Klara / roman
7,70
1 juillet 2020

Oublier Klara c’est toute l’histoire douloureuse de Iouri, expatrié russe, citoyen américain, qui nous saute aux yeux et au cœur. Cet ornithologue quarantenaire, après 23 années d’absence, retourne sans joie et avec amertume dans sa ville d’origine, Mourmansk, au chevet de son père, Rubin, en phase terminale de cancer, un père violent, alcoolique, humiliant. Contre toute attente, celui-ci, n’ayant rien perdu de sa cruauté, va demander à son fils de rouvrir le « dossier » Klara, sa mère, grand-mère de Iouri, éminente chercheuse sous le régime Stalinien, emmenée manu militari par les hommes du Moustachu vers une destination inconnue. A-t-elle conspiré, trahi ? Pourquoi et où a-t-elle disparu ? Soixante-dix ans après, Iouri, au fil de ses recherches, devra faire face à son histoire et à celle de son pays. En grande observatrice de la nature en général mais aussi de la nature humaine, Isabelle Autissier livre un texte dur et magnifique où s’entremêlent intensément récits de vie et histoire soviétique et où la mer et les bateaux ne sont jamais bien loin. Surtout ne pas oublier Klara.

CUISINE DES BOIS ET DES FORETS

Gautier

Thierry Magnier

21,50
11 juin 2020

Ce livre de recettes magnifiquement illustré propose aux petits accompagnés des grands de récolter les ingrédients avant de les cuisiner. Autour de 24 plantes et fruits des bois pratiques à trouver et à identifier grâce aux superbes planches descriptives, des recettes faciles à réaliser sont présentées et déclinées selon les saisons : Sirop de coquelicot (testé, délicieux !), Cheese-cake aux cynorhodons, filet mignon aux chanterelles, velouté d’orties, clafoutis aux fraises des bois…. Cerise (sauvage) sur le gâteau (aux noisettes) : Le livre est agrémenté de planches d’identification des fleurs et plantes comestibles, des baies, des herbes aromatiques, des champignons, apprend également aux petites menottes à construire une mangeoire à oiseaux, constituer un herbier ou réaliser de la teinture végétale, à repérer les empreintes des petites bêtes de nos campagnes et même à concocter des remèdes contre le nez bouché ou la toux !

UN TRAVAIL COMME UN AUTRE

Inker Alex W./Reeves

Sarbacane

28,00
11 juin 2020

Superbe adaptation du roman de Virginia Reeves, cette BD est une plongée dans l'Amérique de la Grande Dépression où la débrouillardise est de mise afin de survivre. Plongée également dans l'enfermement d'une prison où l'homme n'est que chair perdue. On suit, on subit et on sombre avec...
A souligner le travail d'édition de Sarbacane car l'objet est beau, très beau. Gros coup de cœur comme l'était le roman...

ET FRAPPE LE PERE A MORT
9 mai 2020

Un texte écrit en 1962, Prix mémorable 2019 décerné par le groupement de librairies indépendantes Initiales qui récompense le texte « d'un auteur malheureusement oublié, d'un auteur étranger décédé encore jamais traduit en français, ou d'un inédit ou d'une traduction révisée, complète d'un auteur ». Un roman uppercut. L’histoire débute en Angleterre pendant la seconde guerre mondiale. Jérémy Coleman, adolescent, orphelin de mère, reçoit l’éducation très stricte de son père, professeur de grec, qui élève son fils dans un carcan de principes étouffant. Le jeune homme passionné de jazz, ne supportant plus la discipline paternelle, fuit dans un Londres anéanti par les bombardements et jette le déshonneur sur la famille. Dans ce roman choral, chaque chapitre donne voix tour à tour principalement au père, au fils et à la vieille tante dépassée qui aide son frère dans l’éducation du gamin. Chacun raconte ses blessures, ses faiblesses, ses rancoeurs. Hommage à la musique, très présente dans ce roman, la musique qui relève, qui révèle, qui libère et émancipe. Histoire touchante d’un père et d’un fils qui ne se comprennent pas. Mais au final on est toujours le fils de son père et en vieillissant, Jérémy s’aperçoit qu’il finit par ressembler à ce paternel honni dans sa jeunesse.