Sabine D.

Éditions du Rocher

19,90
par (Libraire)
11 mai 2022

La Louisiane, une demeure d’inspiration coloniale dans le Bordelais s’est peu à peu vidée de ses occupants. Le père, l’Africain, est décédé 13 ans plus tôt, provoquant l’éloignement des enfants et les liens qui se distendent. La mère, la Canadienne, disparue dans l’année, achève ce délitement progressif par la destruction à venir de la demeure, vendue à un promoteur immobilier. C’est une maison chargée de mobilier colonial, mais aussi de biens achetés à des juifs exilés pendant la guerre, que le grand-oncle avait acquis. Les quatre enfants sont à nouveau réunis pour la succession : c’est l’heure de l’inventaire des fantômes. Dans une tentative de s’en débarrasser, le narrateur remonte le fil de l’histoire de ses parents et leurs familles respectives : de leur rencontre sur le Bassin d’Arcachon à leur mariage à la Libération, en passant par les heures sombres de la guerre. Alors que le destin était tout tracé pour le père, autodidacte qui apprend les rouages du commerce d’import-export entre l’Afrique de l’Ouest et la France, futur héritier des Comptoirs Matthieu Frères, la guerre vient bouleverser l’ordre des choses. Entre racines en Europe et cœur en Afrique, la mécanique de l’insouciance de la vie coloniale s’enraye : engagement du père dans la France Libre en Afrique, tandis que la mère tente de survivre dans un contexte de pénurie et de rationnement dans la France occupée. Ce premier roman dont l’écriture tout en délicatesse et en précision, nous entraîne au cœur d’une famille française de la première moitié du XXème siècle, est une belle découverte !

Paule Constant

Gallimard

18,00
par (Libraire)
11 mai 2022

Invitation à une géographie du lieu à la fois intime et universelle

A l’occasion d’une tournée présidentielle, Eric Roman, prix Nobel de médecine, revient cinquante ans plus tard au Cameroun, accompagné par un photographe, Ben et une jeune journaliste, Irène. En effectuant un trajet de 500 km, il remonte aux sources de son enfance africaine passée dans un hôpital de brousse, géré par son père, médecin autoritaire. C’est pour lui un cheminement torrentueux vers le passé qu’il croyait apaisé. Pour Irène, c’est un double challenge sur sa capacité en milieu hostile à résister aux craintes et à mieux cerner le Prix Nobel en le faisant parler de son enfance africaine qu’elle devine tourmentée. Pour Ben, c’est l’opportunité de réaliser de belles photos et de saisir des instants uniques de beauté sauvage. L’effet d’Afrique fait surgir de chacun sa propre chimère. Servi par une plume talentueuse, ce huis-clos en 4X4 est un douloureux retour vers un passé éprouvé et vécu pour l’un et un voyage fantasmé pour les deux autres. L’auteur nous invite avec subtilité dans une géographie du lieu à la fois intime et universelle.

Sabine Wespieser Éditeur

22,00
par (Libraire)
11 mai 2022

Un roman familial bouleversant !

En Irlande, Moran, ancien officier d’active, issu d’un milieu paysan modeste, veuf depuis des années et remarié avec Rose, a élevé trois filles et deux garçons qui ont quitté la ferme familiale, La Grande Prairie. Vieillissant, ses filles se relaient pour le stimuler et maintenir le goût de vivre. Au fil du récit, on suit les trajectoires des cinq enfants et leurs relations complexes avec ce père qui a dû les élever seul et dans l’isolement au cours de leur petite enfance et leur a donné une belle-mère bienveillante durant l’adolescence. Tandis que sautes d’humeur et colères de Morgan minent la vie familiale, les garçons font le choix de la fuite plutôt que l’affrontement. Les filles, elles, vouent une fidélité et un amour intransigeant à leur famille et à ce père unique et au centre de tout. La magnifique plume de l’auteur nous fait tour à tour détester et aimer ce père maladroit, sévère mais touchant, composant avec une vie rude et rigoureuse, dominée par une pratique religieuse rigoriste. Un roman familial bouleversant !

23,90
par (Libraire)
11 mai 2022

Un cri de colère !

Ce roman raconte l’histoire d’une famille italienne des années 2000 qui vit dans un grand dénuement. La mère se démène pour trouver un logement décent dans une petite ville rurale à 30 km de Rome et à force de sacrifices tente de maintenir à flot sa famille et ses quatre enfants. Le père, paralysé suite à un accident de travail est devenu un accessoire encombrant et pénible. Le fils aîné a quitté le cocon familial pour tenter l’aventure anarchiste. La fille aînée est une brillante élève dont on va suivre le parcours scolaire jusqu’à l’université. Subissant brimades et vexations en classe, elle doit démontrer qu’elle est quelqu’un, affirmer sa féminité, ses idées et son désir d’avenir malgré les conditions de vie peu favorables. L’auteure nous livre un puissant roman social : réflexions politiques sur la baisse des engagements, l’abstention, la tentation de l’anarchisme, la mixité sociale et ses limites en milieu scolaire. C’est aussi le temps de l’adolescence et ses questionnements : être soi ou ressembler aux autres pour mieux s’intégrer en vue d’un avenir meilleur. A coup d’amitiés trahies, d’amours déçus, d’ambitions contrariées, la jeune fille avance à tâtons. Ce roman, puissant, foisonne de sujets d’actualité et dresse le portrait en creux de l’Italie d’aujourd’hui. Un vrai cri de colère contre les injustices, de désespoir contre les conditions de vie des pauvres, de rage contre la société et ses inégalités et d’espoir pour la lutte qui résonne longtemps après la lecture !

par (Libraire)
8 mars 2022

2046 : le temps des accès réglementés aux besoins primaires est venu. Le Friconnect est consigné dans la Carte Vitale et la lutte contre les fraudes et le marché noir s’intensifie. Ces règles d’austérité ont été mises en place pour sauver la planète. A tout propos, chantage et corruption sévissent pour contourner les diktats, impossibles à respecter, personne n’est en règle et personne n’a la conscience tranquille. Un tandem de policiers enquête sur le décès d’une femme de 50 ans, obèse, gavée à mort, dans son appartement. Cette histoire nous plonge au cœur d’une famille en mode survie : Lou, la patronne d’un restaurant gastronomique dévasté par des inondations récentes, Zineb, son employée, Jeanne, sa fille, Ferdinand, son gendre policier et Eugène, leur fils adoptif, Laurent le grand-père, ses trois pensionnaires et leur senior-sitter. Dans la veine de son précédent livre « Nos derniers festins », l’auteure monte encore d’un cran dans cette farce dont l’enquête n’est que le prétexte à dénoncer les dérives d’une société vers le tout sanitaire. Les papilles gustatives sont toujours en émoi !