Laurence G.

Libraire passionnée à Epinal depuis 2013.

Manufacture de livres

20,90
Conseillé par (Libraire)
27 octobre 2022

Un roman noir et social brillant !

Figure historique de la Commune, c'est sous la tutelle de Louise Michel que Bulteau a voulu inscrire son second roman. Celle qu'on appelait la Louve est enterrée à Paris en ce 22 janvier 1905 et une jeune femme de bonne famille, Jeanne Desroselles, est allée se mêler aux prolétaires qui suivent le cortège funèbre. Jeanne a choisi de tourner le dos à ses parents, à sa classe sociale, la grande bourgeoisie, et veut changer de vie et de milieu. Elle a pris fait et cause pour le peuple qui, encore et toujours, crève au travail, crève de faim, crève dans les mines à cause de la voracité des grands patrons.
Mais on ne reverra jamais Jeanne à la suite de cette journée.
Un an plus tard, sa cousine Lucie, hébergée par son oncle, s'entête à la rechercher.
Sur cette intrigue vont se raccorder d'autres histoires liées entre elles par divers personnages fictifs ou ayant existé notamment Madeleine Pelletier - médecin et 1ère femme interne en psychiatrie, morte en 1939 - devenue sous la plume de Bulteau un superbe personnage de fiction et qui va croiser le chemin de Lucie.
Entre les grèves de mineurs, les actions des syndicalistes pour obtenir des journées de travail de 8 heures, un pays en souffrance et un Clémenceau intraitable et opportuniste, la quête de vérité menée par Lucie va être semée d'embûches.
Bulteau manie admirablement le contexte dans lequel il pose ses romans et reconstitue avec précision lieux, évènements et décors. A la croisée du roman social, du roman historique, et de l'enquête, "Le grand soir" nous emporte dans les flots de l'Histoire officielle et dans ceux de la petite histoire avec une remarquable habileté.

T.01 - Les Princes Misère

Le Lombard

12,95
Conseillé par (Libraire)
16 octobre 2022

4 adolescents en 1792 dans le pétrin : une bd pleine de préripéties, à Nantes et en pleine Révolution !

Je viens de dévorer le 1er tome tout frais paru de la nouvelle série Bd écrite par Régis Hautière dont j'avais déjà adoré "La guerre des Lulus" et cette série s'annonce tout aussi réussie !
Ici changement d'époque : on se trouve projeté en 1792, dans la campagne bretonne tout d'abord puis à Nantes.
Une jeune veuve, comtesse de son état, de retour de visite à une amie, doit faire la route de nuit accompagnée par son homme de confiance, M.Lalouette et sa fille encore adolescente, Célénie.
Les routes sont peu sûres et la jeune mère est tout sauf rassurée. C'est à ce moment là que le carrosse se fait attaquer par une bande de voleurs de grands chemins.
M. Lalouette entraîne alors Célénie dans la forêt pour la mettre en lieu sûr et rejoindre avec elle la demeure nantaise de son oncle paternel, le marquis de Valoire qui est désormais le seul parent à pouvoir la prendre sous sa tutelle. Une fois arrivés chez le marquis, le majordome et Céĺénie vont découvrir les funestes projets du marquis...
Célénie va devoir s'enfuir à nouveau mais elle va trouver une aide précieuse et inattendue auprès de jeunes compagnons.
De nombreux personnages secondaires enrichissent le récit palpitant, les péripéties s'enchaînent sans temps mort et les allusions au contexte historique donnent une vraie profondeur à l'histoire ; le dessin dynamique et plaisant de Fourquemin accompagne à merveille le récit.
Bonus à la fin de l'album : un dossier très bien conçu sur la Révolution française.
Tout ceci fait de ce 1er tome une vraie réussite et un petit bonheur de lecture, ça ne se refuse pas !

Éditions de L'Olivier

18,00
Conseillé par (Libraire)
19 septembre 2022

Comment je m'appelle et, donc, qui suis-je ?

Polina Panassenko écrit avec ses tripes, c'est la 1ère chose que je me dis une fois terminé ce roman, qui en dit très long sur son auteure.
Avec ses tripes et avec humour, adoptant, pour raconter le voyage d'une fillette de l'ex URSS vers la France, un rythme sans temps mort.
Entre l'appartement communautaire moscovite où cohabitent 3 générations et celui de St Étienne où vont s'installer les parents de Polina et leurs 2 filles en 1993, il y a 3000 kilomètres, une culture et surtout une langue, totalement incompréhensible à la petite qui débarque.
Partagée entre ces deux langues, ces deux cultures et ses deux pays, la petite va devoir user de stratagèmes pour conquérir le français, "la langue du dehors", aux dépens du russe, la langue de la famille, de la maison, "du dedans".
Mais si ce récit fait de sons et d'accents, d'images et de mémoire va nous permettre de plonger dans l'enfance de la narratrice, c'est tout d'abord parce que l'auteure a souhaité, vers la trentaine, récupérer son prénom russe troqué par l'administration française contre un prénom francisé au moment de la naturalisation de son père. Un parcours de combattante dans les méandres des "services compétents"...
Un gros coup de cœur pour un texte ramassé, époustouflant de maîtrise et plein de tendresse lorsque la narratrice évoque ses grands-parents.

T.08 - Combattre ou mourir

Le Lombard

11,50
Conseillé par (Libraire)
17 septembre 2022

Le tome 8, petit dernier d'une Bd Jeunesse coup de coeur !

Le 8ème tome des "ENFANTS DE LA RÉSISTANCE" tout juste paru aborde toujours la Résistance en France pendant l'occupation allemande par le biais de 3 enfants qui ont monté un réseau dénommé Lynx (mais sans que personne ne sache que derrière ce réseau, ce ne sont pas des adultes...).
Cette fois-ci Benoît Ers et Vincent Dugomier parlent de l'importance des journaux clandestins dont le rôle était primordial pour maintenir la population au courant de l'avancée des alliés, pour garder le moral des troupes et appeler à de nouvelles actions de sabotage. La désinformation de la part du gouvernement de Vichy envahissait en effet quotidiennement la presse autorisée à publier et les ondes de la radio nationale, il fallait donc contrer cela.
Nous sommes en plein été 1943, période où les moissons occupent les agriculteurs à temps plein. François, le jeune narrateur et fils d'agriculteurs, ainsi qu'Eusèbe et Lisa, ses amis, continuent leurs initiatives, souvent dangereuses, pour combattre à leur manière les occupants.
Outre l'importance de la presse clandestine, le rôle de la milice française et des réseaux de résistants étrangers dans le maquis sont aussi deux autres points développés dans la trame de ce nouveau tome.
On applaudit des deux mains le travail remarquable de Dugomier -au scénario- et de Ers -au dessin et à la couleur-, la clarté de l'histoire à portée de compréhension des enfants (dès 10 ans jusqu'à beaucoup plus...), la tension du récit et l'hommage aux résistants, petits et grands (dans tous les sens du terme).
Un cahier documentaire très bien conçu complète la Bd à la fin avec des documents d'archives permettant un recalage de la narration imaginaire dans le réel vécu par les Français à l'époque.

Éditions Gallmeister

25,60
Conseillé par (Libraire)
14 septembre 2022

Un roman incandescent sur l'innocence, la haine et la mémoire...

Après un 1er roman aussi fort que "Betty", on doute, on attend avec circonspection et impatience en même temps et enfin on ouvre le second, arrivé par la poste avec les services de presse estivaux.... Quelle claque à nouveau !
C'est une famille qui est placée là aussi au centre de notre attention et dont le père, Autopsy Bliss, procureur dans une petite ville imaginaire de l'Ohio, Breathed, est celui qui va tout déclencher, ou presque (ne jamais se fier à ce que les auteurs voudraient bien nous faire croire...) : l'arrivée d'un gamin noir décharné qui prendra pour prénom Sal, l'amitié de ce garçon avec Fielding, le fils d'Autopsy Bliss, l'adoption de Sal par leur famille, la haine d'une petite ville, la vindicte, les drames...
Fielding, âgé, se remémore ce qui est arrivé l'été de ses 13 ans, l'été où tout brûla...
Avec un sens de la construction et du rythme parfaits, Tiffany McDaniel nous révèle à nouveau toute la noirceur de l'âme humaine, toute sa grandeur aussi, tout en distillant subtiles vérités et vérités fausses de façon extrêmement habile.