Une joie féroce
par (Libraire)
17 août 2019

4 femmes «lumineuses, puissantes et déroutantes.»

Jeanne apprend qu'elle est atteinte d'un cancer du sein. Le parcours du combattant commence, une guerre d'autant plus difficile à gagner quand votre compagnon vous quitte (trop «dur» pour lui). Jeanne va heureusement trouver le réconfort auprès de trois autres femmes : Brigitte, Assia et Melody. Ce début d'amitié va se muer en complicité quand elles organiseront un hold-up...
Certains.nes sont plutôt mitigés.ées avec ce nouveau Chalandon. Les puristes du roman policier pourront trouver que la mise en œuvre du casse manque de rigueur voire de réalisme. Pour moi, c'est une broutille. Il fallait bien cela pour aider Jeanne à gagner son combat.
Chalandon aborde le cancer de manière simple en nous faisant partager ce que vit Jeanne au quotidien : la fatigue, les effets secondaires, le regard et les commentaires des autres, la perte des cheveux, la peur. Et cela donne un côté salutaire au récit.
On retrouve certains thèmes récurrents dans les livres de Chalandon : la traîtrise (Matt, le mari de Jeanne, est le premier traître de cette histoire, qui en cache un autre...) et la culpabilité. Mais surtout, il y a son talent pour nous faire aimer ses personnages. Pour la première fois, Sorj Chalandon se met dans la peau d'une femme, qui va se transformer grâce à son «camélia» - c'est ainsi qu'elle nomme sa maladie - et c'est une émouvante réussite.

Les Furtifs
par (Libraire)
25 juillet 2019

Soyez furtifs !

La France en 2040. Une France où les gens sont des citoyens-clients, dotés de bagues ultra sophistiquées leur permettant de communiquer, de faire du shopping ou de se guider. Une France où les entreprises ont colonisé jusqu'au nom des villes.
Lorca Varèse vient d'intégrer une brigade militaire un peu particulière, le Récif, dont la mission confidentielle est de traquer les furtifs.
Et Lorca est persuadé que les furtifs sont liés à la disparition de sa petite fille.
C'est quoi un furtif ?
Un «animal» invisible, qui joue avec les sons et qui se fond dans son environnement. Mais si vous arrivez à l'apercevoir, il meurt et se pétrifie.
Un nouveau Damasio, c'est du lourd et du puissant. Ce roman est un travail de dingo tant sur la forme, avec des jeux sur différentes polices d'écriture et sur la sonorité des phrases, que sur le fond, politique, très critique vis à vis de la société de consommation, de la «conforteresse», du capitalisme et du numérique. Mais ce roman est aussi plein d'espoir en dressant un éventail des résistances possibles.
Tout le monde est dithyrambique et je me joins au concert de louanges.

Les 9 noms du soleil

Cavalier, Philippe

Anne Carrière

27,00
par (Libraire)
5 juin 2019

Histoire romancée de la vie tumultueuse de Xénophon, qui fut un philosophe et un chef militaire grec au Vème siècle avant JC.
Extrêmement bien documenté, l'auteur nous plonge ainsi dans un bain antique et nous fait revivre avec bonheur une époque lointaine.
Amateurs-trices d'aventures, vous ne serez pas déçus avec ce roman flamboyant !

Incognita incognita , ou Le plaisir de trouver ce qu'on ne cherchait pas

ou Le plaisir de trouver ce qu'on ne cherchait pas

Éditions du Sonneur

5,50
par (Libraire)
17 mai 2019

Un hommage rempli d'humour à la curiosité et aux librairies !
La sérendipité (cad le fait de trouver autre chose que ce que l'on cherchait) a fait le succès d'internet. Mais avec l'efficacité des algorithmes, cette liberté de choix a tendance à être limitée, balisée.
Ainsi, l'auteur appelle les lecteurs à plus de curiosité et à ne pas se laisser enfermer dans ses choix et ses désirs.
Finalement, rien ne vaut les hasards de la vie (ou une Bonne Librairie) pour faire de belles découvertes !

Augustus
23,00
par (Libraire)
27 avril 2019

SPQR

Après la chronique d'une vie (dans Stoner : un magnifique roman), et après un anti-western (Butcher's crossing), voici un nouveau livre de John Williams, traduit pour la première fois en France (l'ouvrage est paru en 1972).
Cette fois-ci, il s'agit d'un roman historique et épistolaire : la vie de l'empereur Octave Auguste, qui fut le premier empereur romain, y est racontée à travers les lettres et les journaux de ses proches, amis ou ennemis.
John Williams est un auteur qui me déroute et me surprend dans chacun de ses livres, et celui-ci ne fait pas exception.
Même si les genres littéraires qu'il aborde sont différents, ses héros se ressemblent étrangement, avec leur caractère taciturne. Auguste apparaît ici comme un taiseux qui ne semble obéir qu'à une seule chose : la cité de Rome.
Ici point de stupre ni de scènes sanglantes ou scandaleuses, même s'il y a des trahisons, de la licence, des guerres ; tout est dans le minimalisme et cela jusqu'à la dernière lettre du livre où Auguste s'exprime enfin.
Comme dans les autres livres de John Williams, tout est une question de limites et de nuances.
Comment (bien) vivre ? Voilà la question essentielle à laquelle essaient de répondre les héros de John Williams, qu'il s'agisse d'hommes ordinaires ou d'empereur.
Si vous aimez l'action, le baroque, l'exubérance, vous risquez d'être dérouté mais parfois il est bon de sortir des sentiers connus.