Librairie coiffard

Titouan LAMAZOU, Zoé LAMAZOU

Au vent des îles

par (Libraire)
17 septembre 2021

Conseillé par Stéphanie

A peine ouvert, vous serez embarqué sur un va'a, cette pirogue tahitienne, et aux côtés de Titouan et Zoé Lamazou, vous vous faufilerez entre les motus, ces îlots de formes et tailles diverses. Ce livre est une merveille. Parce que l'artiste vous touchera non seulement grâce à son art mais aussi par son amour pour la Polynésie qui transparaît partout. Les oiseaux en danger, des anecdotes historiques sur l'arbre à pain, ces nuages bleus au dessus de l'atoll, la carte du ciel en langue tahitienne viennent se mêler à des souvenirs fulgurants avec Eric Tabarly ou Bernard Moitessier, à des rencontres humaines aussi. La famille Salmon par exemple, retraitée de tous les combats et malade aujourd'hui à cause de l'impact des nuisances radioactives, il y a Gwendoline aussi, dont Titouan Lamazou a fait le portrait il y a vingt ans et qu'il retrouve. Il y a des hommes, des femmes, un paysage et l'océan bien sûr. Dessiner sous l'eau par exemple, tout un art, que l'artiste partage. Segalen, Gauguin, London et bien d'autres sont passés par là bien avant. Lamazou les évoque. Mais il convoque surtout, avec sa fille Zoé, les témoignages des polynésiens. Les mots et la peinture font bon ménage au pays des Lamazou, "Escales en Polynésie" est un voyage, un voyage du coeur.

JC Lattès

19,00
par (Libraire)
17 septembre 2021

Conseillé par Léa et Stéphanie

Fann Attiki a 29 ans, il est congolais et vient de remporter le Prix Voix d'Afriques.
En incipit du roman, on peut lire une citation de Freud qui dit qu'en plaisantant, on peut tout dire, même la vérité. Et vous verrez que cette phrase résonne tout au long de la lecture.
A Brazzaville, trois amis, Ferdinand, Didi et Verdass se retrouvent régulièrement à la Cave 72, le bar de Maman Nationale. Maman aime ces trois têtes brûlées comme des fils. Ils ont cassé le crayon depuis un moment déjà, ce qui signifie qu'ils ont laissé tomber les études. Ras-le-bol de cette université qui n'apporte rien, sauf si tu es le fils ou la fille de... Ils y retourneront uniquement si Emmanuel Dongala reçoit le Prix Goncourt ou le Prix Nobel, disent-ils le sourire aux lèvres. Parler de littérature et de théâtre autour d'une bière chaude leur suffit mais c'est sans compter la mort brutale et étrange de Black Mic Mac, le frère d'un ancien ministre aujourd'hui opposant au président, qu'on appelle "le Guide Providentiel", et qui rappelle tout de même Denis Sassou-Nguesso, l'actuel président congolais depuis 25 ans ...
Sans le vouloir le trio va être mêlé à un complot, un coup monté, qui leur laisse peu de chances de s'en sortir ...
Dans une ambiance de Série Noire qui mêle humour et noirceur, le lecteur est trimbalé dans Brazzaville, pour son plus grand plaisir. Ponctué de références littéraires, porté par des personnages truculents, il ne faut pas hésiter à venir s'assoir chez Maman Nationale et découvrir sa "Cave 72".

Roman

Gallimard

par (Libraire)
16 septembre 2021

Conseillé par Manon R

1959, Algérie. Naja a trois filles, Maryam, Sonia et Nour la petite dernière. Saïd, le père, est parti travailler en France laissant derrière lui sa famille. Cinq ans ont passé, il a réussi à mettre assez d’argent de côté pour les faire venir à Paris. En France, ils s’imaginent vivre une vie plus confortable mais ils sont vite confrontés aux problèmes d’intégrations des familles algériennes. Installés dans un HLM en bordure de la capitale, les classes sociales et les origines de chacun se mélangent. Et puis un jour, Naja tombe enceinte. Mais est-il raisonnable de garder cet enfant dans ces conditions de vie si modestes ?

"Soleil amer" est un roman porté par des personnages féminins forts et lumineux. C’est aussi l’histoire de ces trois jeunes soeurs qui deviendront des femmes et qui vont devoir se construire dans une dualité, entre tradition culturelle algérienne et modernité de leur époque.

Lilia Hassaine a cette manière de raconter les choses, le quotidien et la vie, de façon saisissante pour livrer un récit captivant tout en pudeur. Elle nous dévoile le destin de cette famille des années 60 jusqu’aux années 80, avec beaucoup de justesse. Elle nous confronte aux questions identitaires et à la dure réalité de la vie d’immigrés. "Soleil amer" est un livre à la fois plein d’espoir et plein de désillusions.

Alexandre Bande, Pierre-Jérôme Biscarat, Olivier Lalieu

Passés Composés

24,00
par (Libraire)
15 septembre 2021

Conseillé par Quentin

Les éditions Passés Composés viennent de publier "Nouvelle histoire de la Shoah" (sous la direction de Alexandre Bande, Pierre-Jérome Biscarat et Olivier Lalieu) avec pour objectif de répondre à différents questionnements sur une vingtaine de thématiques. On sait combien un sujet tel que la Shoah est essentiel dans notre Histoire commune, on sait aussi que c'est un sujet qui a déjà été traité sous de multiples angles.
L'intérêt de "Nouvelle histoire de la Shoah", ce sont toutes ces différentes questions auxquelles des spécialistes répondent de manière simple et détaillée : Qu'est ce qu'un Ghetto ? Quel était leur rôle ? Que savaient les alliés des atrocités du régime Nazi ? Comment enseigne-t-on la Shoah ? Quelle est l'histoire du négationnisme d'après-guerre ?
Les chapitres sont accompagnés d'une bibliographie sélective pour approfondir le sujet.
L'ouvrage est divisé en quatre grandes parties (Origines, étapes et géographie du processus génocidaire, la Shoah en France, Enjeux mémoriels et éducatifs, Questions sensibles) qui permettent d'avoir une vue d'ensemble sur cette période historique .
Un ouvrage essentiel pour comprendre l'histoire de la Shoah d'hier et d'aujourd'hui.

Éditions de l'Observatoire

20,00
par (Libraire)
13 septembre 2021

Conseillé par Stéphanie

Jean Roscoff, l'anti-héros le plus attachant de cette rentrée, est un homme fraîchement retraité, divorcé inconsolable et alcoolique (un peu plus que sur les bords). Jean Roscoff est ce qu'on peut appeler un homme de gauche. Il a vécu tous les combats des années 80, et le voici aujourd'hui, traînant ses regrets et ses échecs comme de grosses casseroles.
Professeur d'université, sa carrière n'a jamais décollé. La faute à "pas de chance" : on prouva  définitivement que les Rosenberg étaient des espions alors que quelques jours auparavant il publiait un ouvrage défendant l'innocence de ces derniers...Maintenant qu'il ne travaille plus, et pour ne pas s'enfoncer dans une déprime insondable noyée dans l'alcool, Jean Roscoff a décidé depuis quelques semaines de se replonger dans un travail d'écriture abandonné quarante ans auparavant. Ce livre sera consacré à Robert Willow, un poète inclassable, un jazzman doué ayant fui le maccarthysme dans les années 50 pour s'installer en France. Compagnon de route des intellectuels parisiens de l'époque, il finit pourtant par s'isoler à Etampes pour écrire. Il se tua dans un accident de voiture dans les années 60. Depuis tout le monde a oublié cet américain si particulier.Ce que Jean Roscoff n'imagine pas un instant, c'est qu'en publiant à quelques dizaines d'exemplaires cette biographie chez un éditeur confidentiel, il va se retrouver très involontairement sous le feu des projecteurs, au centre d'une croisade d'une grande agressivité sur les réseaux sociaux. Et voici notre pauvre Roscoff persécuté, vivant une descente aux enfers à la fois tragique, absurde et drôle. Abel Quentin ose s'emparer de thèmes extrêmement sensibles et difficiles avec une grande habileté : racisme, anti-racisme, appropriation culturelle, dictature des réseaux, cancel culture ... Jean Roscoff est d'une autre génération, d'un autre combat et se trouve complètement dépassé. On referme ce livre un peu sonné par l'histoire de ce perdant magnifique, et très admiratif de l'intelligence avec laquelle l'auteur a su le mettre en scène.