La Grande Ourse *.

par (Libraire)
31 août 2022

Témoignage émouvant

Lorsque le diagnostic d'autisme est posé sur son enfant à l'âge de deux ans, l'univers de cette famille est bouleversé. Elle se trouve confrontée à l'absence de réponse tant au niveau administratif que matériel (absence de structure adaptée, manque de formation du personnel sous payé, constitution de dossier très ardue...). Minh Tran Huy fait le choix de raconter en parallèle l'histoire époustouflante de Temple Grandin née aux Etats-Unis en 1947, condamnée par le monde médical à être internée, sauvée grâce à la lutte de sa mère. Elle deviendra professeur d'Université !
Ce témoignage est très émouvant et nous montre l'intolérance de certains face à un "autre" différent.

Marie

par (Libraire)
31 août 2022

Roman historique captivant

De 1812 à 2012, on ne traverse pas moins de 10 pays, 30 villes dans ce roman historique très documenté.
On y rencontre des héros connus ou moins connus liés à l'histoire et à la littérature.
L'autrice évoque la restitution des oeuvres pillées par Napoléon, les spoliations durant la Seconde guerre mondiale menées par les Allemands, notamment de biens juifs, puis par les Russes comme trophées de guerre.
A l'issue de la guerre, elle détaille le travail difficile de recherche et de restitution des oeuvres.
L'écriture s'adapte à l'époque évoquée. Le roman est volumineux mais on le lit avec intérêt.

C'est captivant !

Marie

21,50
par (Libraire)
30 août 2022

Une merveille

Ce roman de Valentine Goby m'a particulièrement touché. Nous sommes en 1942 et le jeune Vadim Pavlevitch, 12 ans, vit à Paris avec sa mère. Son père et son frère disparaissent. Asthmatique, il est envoyé à Vallorcine, un petit village de montagne proche de la Suisse. Il sera accueilli par une famille qui ne pose pas de questions. Vadim, devenu Vincent, va découvrir la montagne, le rythme des saisons, la neige, le ski, les amours d'enfance, un grand-père et un oncle... Il est émerveillé par cette nature magnifique dont Valentine Goy sait si bien nous parler. Les descriptions sont splendides, c'est un livre lent qui se déguste.
Ces quelques mois forment comme une parenthèse pour l'enfant. Mais la tension est palpable. Il reçoit quelques courriers de sa mère, peu. Il ne sait pas où sont ses parents, ses amis, ses voisins.... Jusqu'en 1943, cette région est occupée par les Italiens, qui ne déportent pas les Juifs. Cela ne va pas durer.
C'est bouleversant, lumineux. Un roman sur l'enfance et sur le courage des habitants de ces montagnes.

Vanessa

par (Libraire)
30 août 2022

Premier roman percutant

Claire Baglin livre un premier roman taillé à la serpe. Elle mêle ses souvenirs d'enfance où elle et son frère réclamaient d'aller au fast-food. Mais, étudiante, elle y travaille pendant une saison d'été. Elle décrit avec minutie les relations de travail, la hiérarchie, les gestes répétitifs, la chaleur, l'odeur de friture qui imprègne les vêtements, la peau, la pression...

Un roman rythmé, précis, une écriture travaillée. Une belle découverte !

Vanessa

20,00
par (Libraire)
26 août 2022

L'immanquable de la rentrée

Dans ce premier roman saisissant, Laura Poggioli touche du doigt une réalité glaçante : celle des violences faites aux femmes en Russie.
Un proverbe russe dit "s'il te bat c'est qu'il t'aime" et Laura Poggioli en a fait l'expérience lorsqu'elle était étudiante à Moscou dans les années 2000. Amoureuse de la langue et de la culture russe depuis toujours, elle idéalise et fantasme un pays aux multiples contrastes. C'est en revenant sur le cas de trois soeurs ayant assassiné leur père après des années de torture et de violence, que Laura Poggioli réalise que son histoire personnelle est faite elle aussi de violence et de mensonges.
Un tableau de la société russe d'aujourd'hui, une société complexe tentée par la modernité mais incapable de surmonter les défis sociaux dans un monde qui change.
On adore !

Mila