EAN13
9782877042536
ISBN
978-2-87704-253-6
Éditeur
"Éditions Unes"
Date de publication
Nombre de pages
608
Dimensions
23 x 16,7 x 4,2 cm
Poids
1110 g
Langue
français
Fiches UNIMARC
S'identifier

Poésies

"Éditions Unes"

Offres

  • Vendu par Les Lisières à Villeneuve d'Ascq
    37.00
Ce premier volume des Poésies complètes d’Herman Melville regroupe toute l’œuvre poétique de l’auteur de Moby Dick, à l’exception de Clarel qui, en raison de sa singularité et de sa dimension (l’un des plus longs poèmes de langue anglaise, plus long que Le Paradis perdu de Milton ou le Don Juan de Byron), fera l’objet d’une publication à part, dans un second tome. Figurent ici le recueil publié par Melville chez Harper Bros., Tableaux et aspects de la guerre (1866), ainsi que les deux plaquettes qu’il a éditées à compte d’auteur à vingt-cinq exemplaires chacune, John Marr et autres marins (1888) et Timoleon (1891). À ces trois recueils achevés et parus du vivant de l’auteur s’ajoutent trois ensembles : Herbes folles et sauvageons…, avec Une rose ou deux, le manuscrit que Melville avait laissé à sa mort, l’ensemble étant largement inédit en français ; Parthenope, constitué de deux longs poèmes attribués à deux personnages imaginaires ; et une quarantaine de poèmes épars. Très diverse dans la forme comme dans les thématiques, la poésie de Melville constitue, en quelque sorte, le troisième « acte » de son œuvre, après la période des romans (1846-1857), et celles des nouvelles (1853-1856). On retrouve, en particulier dans Tableaux et aspects de la guerre qui est sans doute avec les Drum-Taps de Walt Whitman, le plus beau et poignant recueil poétique consacré à la guerre de Sécession, le souffle melvillien, qui ne s’apaise peut-être que dans les poèmes d’amour de la toute fin, ceux de Herbes folles et sauvageons…, dédiés à son épouse. Chacun de ces recueils ou ensembles tourne autour d’une même thématique, ce qui donne à chacun une tonalité différente, une force et une inspiration sans cesse renouvelée, surprenant souvent le lecteur par son audace et son originalité. Si Timoléon (seul recueil intégralement traduit en français à ce jour) est inspiré des lieux visités lors du séjour de Melville en Europe et au Proche-Orient, John Marr est comme l’adieu à la mer de celui qui fut sans doute l’un de ses plus grands chantres. Melville est un écrivain du souffle, son écriture est celle du long cours. La forme poétique l’obligeant à endiguer la force prodigieuse de son inspiration, elle en fait d’autant mieux ressortir la sensibilité. Pour le lecteur francophone, la poésie de Melville pourrait bien être son chef-d’œuvre inconnu.
S'identifier pour envoyer des commentaires.