Parures cérémonielles en France orientale au Bronze final, Le dépôt de mathay, doubs
EAN13
9782364414211
ISBN
978-2-36441-421-1
Éditeur
Presses Universitaires de Dijon
Date de publication
Collection
ART, ARCHEOLOGI
Nombre de pages
302
Dimensions
27,6 x 22,6 x 2,4 cm
Poids
1308 g
Langue
français
Fiches UNIMARC
S'identifier

Parures cérémonielles en France orientale au Bronze final

Le dépôt de mathay, doubs

De ,

Préface de

Presses Universitaires de Dijon

Art, Archeologi

Offres

"Les dépôts de riches parures féminines de l'âge du Bronze final, enfouis de la Bourgogne à l'embouchure de l'Hérault, attirent l'attention des archéologues depuis la fin du XIXe siècle. Leur mise au jour fortuite apporte peu de renseignements sur l'organisation et sur l'intégrité de ces ensembles ; seules quelques découvertes récentes in situ ont permis d'approfondir nos connaissances sur ces bijoux exceptionnels considérés comme la parure cérémonielle d'un personnage de haut rang.
La fouille du dépôt de Mathay (Doubs), enseveli dans une urne recouverte d'une coupe, nous livre un costume féminin de prestige tel qu'il a été abandonné il y a plus de 3 000 ans. Avec 2 462 objets, la richesse du dépôt s'impose notamment avec deux ""diadèmes"" en tôle de bronze plaquée d'or et des sphères de même facture ornant vraisemblablement une coiffure, ainsi que plusieurs colliers de plus d'un millier de perles en verre bleu, en ambre, de tubes de bronze et d'or.
Cette étude fait le point sur la parure féminine et les savoir-faire des artisans spécialisés du Bronze final dans l'est de la France. Les comparaisons et les analyses chimiques nous éclairent sur les échanges qu'entretenaient sur des centaines de kilomètres les habitants du méandre du Doubs et posent les élites locales en intermédiaires entre le Rhin et la Baltique d'une part, le Plateau suisse et les ateliers verriers de Frattesina dans le delta du Pô d'autre part. L'identité du (des) propriétaire(s) et les raisons de l'abandon de ces riches panoplies hors d'un contexte funéraire soulèvent plusieurs questions. Avec Mathay on retrouve une représentation féminine, mais s'agit-il d'une personne « physique » représentée ou décédée, de la même personne au cours du temps, ou bien encore d'une image idéelle d'une puissance féminine divine et pas forcément d'une aristocrate connue de l'époque ?
"
S'identifier pour envoyer des commentaires.

Autres contributions de...

Plus d'informations sur Jean-François Piningre
Plus d'informations sur Claude Mordant