La Steppe et l'Empire, La formation de la dynastie Khitan (Liao) - IVe-Xe siècles
EAN13
9782251381091
ISBN
978-2-251-38109-1
Éditeur
Les Belles Lettres
Date de publication
Collection
Histoire
Nombre de pages
336
Dimensions
21 x 15 x 1 cm
Poids
454 g
Langue
français
Langue d'origine
anglais
Code dewey
950
Fiches UNIMARC
S'identifier

La Steppe et l'Empire

La formation de la dynastie Khitan (Liao) - IVe-Xe siècles

De

Les Belles Lettres

Histoire

Offres

Pendant que commence en Europe le Xe siècle, le « siècle de fer », en Extrême-Orient l'empire des Tang s'effondre. C'est à ce moment que le peuple des Khitan établit, aux marches septentrionales de la Chine, un empire immense qui constituera pendant plus de deux cents ans l'interface entre la Chine et l'Eurasie, au point qu'au XIIIe siècle Marco Polo parlait encore de « Cathay ». Les découvertes archéologiques récentes et des progrès significatifs dans le déchiffrement des deux écritures khitan originales inventées simultanément au début de l'empire, font de l'étude des Khitan un domaine prometteur.
La Steppe et l'Empire nous permet de suivre sur plus de cinq siècles les contacts tantôt violents tantôt harmonieux entre un peuple nomade et son voisin chinois, et d'entrevoir progressivement combien est parfois ténue la frontière entre un monde « civilisé » et ses « barbares ». Cette épopée nous conduit jusqu'à la création du « Grand Empire central des Khitan ». Si l'événement bénéficia d'une conjoncture historique favorable, il n'est pas dû à un hasard de l'histoire mais au génie politique d'un homme, Yelü Abaoji. Héritier d'une lignée de très puissants premiers ministres d'une sorte de pré-empire khitan, Abaoji se sentait investi d'une mission divine et sut, en quelques années, non seulement unifier son peuple, les tribus voisines et des populations chinoises, mais aussi instaurer, au nom du Ciel, une nation qui tutoya longtemps l'empire du Milieu.

Pierre Marsone est maître de conférences à l'École Pratique des Hautes Études où il enseigne l'histoire politique et religieuse du nord de la Chine, de la Mandchourie à l'Asie Centrale, entre le Xe et le XIVe siècle. Il est notamment l'auteur de Aux origines du zen (Paris, 2002), édition bilingue, commentée et annotée, du Traité de l'instauration du Zen pour la protection de la nation (Kôzen gokokuron) du moine japonais Eisai (1143-1215), ainsi que de Wang Chongyang et la fondation du Quanzhen: ascètes taoïstes et alchimie intérieure (Paris, 2010).
S'identifier pour envoyer des commentaires.