Ces orages-là
1 autre image
EAN13
9782709668521
ISBN
978-2-7096-6852-1
Éditeur
JC Lattès
Date de publication
Collection
Littérature française
Nombre de pages
300
Dimensions
20 x 13 x 2 cm
Poids
344 g
Langue
français
Fiches UNIMARC
S'identifier

Offres

  • Vendu par Les Lisières à Villeneuve d'Ascq
    20.00
Clémence a trente ans lorsque, mue par l’énergie du désespoir, elle parvient à s’extraire d’une relation toxique. Trois ans pendant lesquels elle a couru après l’amour vrai, trois ans pendant lesquels elle n’a cessé de s’éteindre.
Aujourd’hui, elle vit recluse, sans amis, sans famille, sans travail, dans une petite maison fissurée dont le jardin s’apparente à une jungle.
Comment faire pour ne pas tomber et résister minute après minute à la tentation de faire marche arrière  ?

Sandrine Collette nous offre un roman viscéral sur l’obsession, servi par l’écriture brute et tendue qui la distingue.

« Après le succès colossal de Et toujours les Forêts, un portrait de femme vibrant, haletant, très réussi. » Augustin Trapenard -  Boomerang, France Inter

« Foudroyant d’intensité et d’émotion ! » Bernard Lehut -  Les livres ont la parole, RTL

« Sandrine Collette est un écrivain qui ne lâche jamais sa proie, et sa proie, c’est le lecteur. » Le Figaro

« Sandrine Collette brosse le portrait bouleversant d'une femme brûlée au fer rouge. » Le Monde des Livres

« Porté par un sens du récit des plus cinématographiques, le nouveau roman de l'auteure de  "Et toujours les Forêts" brosse avec autant d'énergie que d'efficacité le portrait d'une femme à bout de souffle, courant après elle-même. » Madame Figaro

« Il y a quelque chose d’animal, de bestial, dans l’écriture puissante de Sandrine Collette, qui nous arrache à nous-mêmes, nous happe dès les premières lignes et ne nous lâche plus.(…) Elle signe un roman fort, sombre comme la forêt où l’on court à perdre haleine. Un hymne à la résistance qui nous donne de la force à toutes. » Femme Actuelle

« Un livre glaçant, révoltant, nécessaire, qui témoigne de ce qu’il faut de courage pour se reconstruire. » Le Parisien Week End
S'identifier pour envoyer des commentaires.

Commentaires des lecteurs

25 février 2021

Pauvre Clémence ! Sale type de Thomas ! Elle a été sous sa coupe pendant plusieurs années. Elle s'est enfuie mais se retrouve meurtrie, blessée jusqu'au plus profond d'elle-même, obsédée par la crainte qu'il ne la retrouve, qu'elle ne retombe ...

Lire la suite

par (Libraire)
7 janvier 2021

Comment se reconstruire après l'emprise ?

Clémence, jeune boulangère de trente ans, vient de quitter Thomas. En quelques heures, elle a changé de travail, de maison, de vie. Son objectif : échapper à la relation toxique instaurée par son ex-compagnon. Petit à petit, elle tente de ...

Lire la suite

Autres contributions de...

Plus d'informations sur Sandrine Collette