A l'approche des fêtes de fin d'année, les difficultés d'approvisionnement en papier peuvent allonger vos délais de livraison jusqu'à 3 semaines pour les livres sur commandes (points orange). Nous vous conseillons d'anticiper vos achats et de privilégier des ouvrages en stock (points verts).

La rouge différence ou Les rythmes de la femme, Ou les rythmes de la femme
EAN13
9782490050475
ISBN
978-2-490-05047-5
Éditeur
HETRE MYRIADIS
Date de publication
Collection
TERRES DE LUNE
Nombre de pages
161
Dimensions
22,6 x 15,5 x 1 cm
Poids
226 g
Langue
français
Fiches UNIMARC
S'identifier

La rouge différence ou Les rythmes de la femme

Ou les rythmes de la femme

De

Hetre Myriadis

Terres De Lune

Offres

« Le sang, c'est la dernière citadelle des femmes : celle qui témoigne encore de leur grand pouvoir sur la vie. L'homme s'est depuis si longtemps absenté de son propre corps qu'il ne sait plus compter le temps qu'en regardant une horloge pointeuse. Si la femme a pu résister, c'est qu'elle reste par son corps actrice des rythmes humains : les règles, la fertilité, la maternité. Son fameux « mystère » passe par le sang. Le sang. Témoin gênant qu'on occulte et dont on parle sans le nommer. Il n'est pas fortuit que, parmi les toutes dernières recherches sur la contraception hormonale, certaines se soient orientées vers la suppression pure et simple des règles : ainsi disparaîtrait cette ultime preuve de notre humanité. Les machines s'incarneraient enfin. Que pensent les femmes et les hommes de cette ascension de l'effacement du sang ? Avons-nous repoussé des choix fondamentaux ? La contraception par pilule et stérilet est-elle un affranchissement pour le corps, ou, au contraire, une domestication ? Le désir de la femme, « libéré », n'est-il pas de plus en plus dépendant de critères masculins ? La reproduction humaine, plus que jamais, une affaire de productivité et de programmation ? Ces questions peuvent heurter. Mais quelle femme, quel homme, peuvent encore faire semblant de les ignorer ? »
S'identifier pour envoyer des commentaires.