A l'approche des fêtes de fin d'année, les difficultés d'approvisionnement en papier peuvent allonger vos délais de livraison jusqu'à 3 semaines pour les livres sur commandes (points orange). Nous vous conseillons d'anticiper vos achats et de privilégier des ouvrages en stock (points verts).

EAN13
9782490073245
ISBN
978-2-490-07324-5
Éditeur
SCIENCE MARXIST
Date de publication
Collection
Bibliothèque jeune
Nombre de pages
256
Dimensions
19,5 x 12 x 1,2 cm
Poids
220 g
Langue
français
Langue d'origine
italien
Fiches UNIMARC
S'identifier

Le racisme est chez nous

Anthologie

Science Marxist

Bibliothèque jeune

Offres

L’heure d’une lutte de classe moderne a sonné il y a longtemps dans les métropoles d’Asie : Marx n’est pas dépassé à Pékin, à Shanghai, à Wuhan, à Canton, comme dans les grandes agglomérations urbaines des nouvelles puissances asiatiques. Aux États-Unis, l’ascension sociale qui dure depuis cinquante ans a entraîné le développement d’une bourgeoisie et d’une classe moyenne noires, à côté du prolétariat noir. Malgré cela, les discriminations à cause de la couleur de la peau ont continué à masquer l’oppression de classe. Dans les quartiers des métropoles américaines, ce que les nouveaux flux d’immigrés, le prolétariat afro-américain et les stratifications de salariés blancs ont en commun, c’est la discrimination sociale.Enfin, en France, en Italie, en Espagne ou en Allemagne, au fil des décennies, les métropoles ont aussi changé de visage : les tâches les plus pénibles et les salaires les plus bas sont réservés au prolétariat immigré. Ainsi, la vieille Europe, qui avait pourtant connu l’horreur du génocide, a replongé dans la honte du racisme et de la xénophobie.« Black Lives Matter », bien sûr : les vies noires comptent, mais gare aux hypocrites qui ne dénoncent le racisme que chez les autres. Les vies des désespérés qui continuent à se noyer dans le canal de Sicile, les vies des ouvriers agricoles exploités dans des conditions inhumaines, celles des millions de travailleurs sans aucune protection dans les chantiers, les usines, les entrepôts et les hôtels : toutes ces vies comptent. La crise de la pandémie séculaire a révélé ce qui était sous les yeux de tout le monde, mais que personne ne voulait voir. Pour se battre contre toute oppression et toute exploitation, il faut alors retourner à Marx. Il faut retrouver le principe de l’unité de classe, dans la conscience scientifique du communisme.
S'identifier pour envoyer des commentaires.