Le quartier, Monsieur Brecht et le succès
EAN13
9782878583281
ISBN
978-2-87858-328-1
Éditeur
Viviane Hamy
Date de publication
Collection
Domaine étranger
Séries
Le quartier
Nombre de pages
65
Dimensions
19 x 12 x 0 cm
Poids
92 g
Langue
français
Langue d'origine
français
Fiches UNIMARC
S'identifier

Offres

Autres livres dans la même série

Tous les livres de la série Le quartier
Gonçalo M. Tavares a imaginé un quartier (« O Bairro ») dans lequel coexistent et déambulent des « messieurs » portant les noms d’écrivains célèbres, qui constituent son panthéon artistique, dont il s’est, bien entendu, inspiré. Par une succession de saynètes très courtes (à la façon du Plume d’Henri Michaux), nous faisons la connaissance d’individus apparemment anodins, que l’on reconnaît grâce à la magie qu’octroie à Gonçalo la connaissance intime, intériorisée de l’oeuvre de l’écrivain en question. Il n’est pourtant pas question de portrait ou de biographie… L’auteur s’amuse, c’est palpable, avec la complicité de Rachel Caiano, qui illustre d’un trait élégant et aérien certaines situations des plus cocasses ; si parfois on frise l’absurde, le registre demeure constamment celui de la parabole.

Les Éditions Viviane Hamy publieront la totalité des textes constituant ce projet « mégalomane et dont l’auteur ne verra jamais la fin », comme il aime à le dire. Compte tenu de l’ambition du projet, nous publions un roman faisant partie du cycle « le Royaume » tous les deux ans (Jérusalem en septembre 2008) en même temps qu’un Monsieur du Bairro, et l’année suivante, simultanément, deux nouveaux Messieurs … Tous les volumes commencent par cet avertissement fondamental : Comme le village d’Axtérix : « o bairro », un lieu où l’on tente de résister à l’entrée de la barbarie.

Monsieur Brecht, nouvel habitant du Bairro « construit » par Gonçalo M. Tavares, est conteur professionnel. Un jour, il s’installe dans une salle presque vide et commence à raconter des historiettes entre absurde et humour noir. Des personnes entrent, s’installent, l’écoutent, la salle se remplit progressivement. Surgit alors un problème majeur : le public est tellement nombreux qu’il bloque la porte de sortie ! Monsieur Brecht se retrouve prisonnier de son propre succès… Le monde de Tavares est le royaume du nonsense. Faut-il le rappeler ? Dans ces textes irrésistibles, Tavares analyse de façon effroyablement juste la psyché de l’être humain, ses problèmes et ses limites (l’égoïsme inhérent à chacun, le rapport à la politique, les relations sociales, etc.). Il bouscule toujours, accuse parfois, mais en aucun cas ne se montre moralisateur. Chacun des titres du Bairro est un bijou de drôlerie, d’ironie et de persiflage.

« Panne.
En raison d’un inexplicable court-circuit, c’est le fonctionnaire qui abaissa le levier qui fut électrocuté, et non le criminel qui se trouvait assis sur la chaise.
Comme l’on n’était pas parvenu à réparer la panne, c’était désormais le fonctionnaire du gouvernement qui prenait place sur la chaise électrique, tandis que le criminel était chargé d’abaisser le levier mortel. »
S'identifier pour envoyer des commentaires.

Autres contributions de...

Plus d'informations sur Gonçalo M. Tavares
Plus d'informations sur Dominique Nédellec