Les nouveaux impératifs du luxe, De la frénésie productiviste à un modèle économique respectueux de l'avenir
EAN13
9782818810361
ISBN
978-2-8188-1036-1
Éditeur
Maxima Laurent du Mesnil
Date de publication
Nombre de pages
109
Dimensions
22 x 15 x 1 cm
Poids
173 g
Langue
français
Fiches UNIMARC
S'identifier

Les nouveaux impératifs du luxe

De la frénésie productiviste à un modèle économique respectueux de l'avenir

De

Maxima Laurent du Mesnil

Offres

Les entreprises du luxe face à la transition écologique
Les entreprises du luxe sont elles aussi confrontées au grand défi écologique, piégées entre la nécessité de croître et de faire des profits, et l'obligation de rendre des comptes écologiquement compatibles avec des productions absolument neutres pour la planète. De toute évidence, il n'est pas impossible de lier performance d'une économie de marché et engagement à intégrer les enjeux de société, bénéfice financier et bénéfice sociétal. Si le secteur du luxe n'est pas en tout point exemplaire, les marques de luxe pourraient, entre frivolité et prise de conscience, donner l'exemple en prônant la réinscription de la consommation dans une philosophie moins consumériste et une préservation des richesses naturelles Ce livre pose les enjeux d'un secteur économique pourvoyeur de futilités dans un monde capitaliste qui ne maîtrise plus rien. Quand bien même les entreprises de luxe apportent du beau, elles ne feront pas l'économie d'une remise en cause de leur frénésie productiviste. Tout le problème est là. Pour saisir cette (r)évolution en marche, l'auteur se focalise sur deux matières naturelles symboliques du luxe, la peau (cuir et poil) et le diamant. Ce texte est donc une invitation à relever le défi de l'existence et de l'utilité des entreprises de luxe dont l'enjeu est pour elles de se réinventer sans se dénaturer. Les entreprises du luxe ont toujours réussi à affronter les ruptures, à s'adapter aux changements en interrogeant leur processus de création pour perdurer et s'arranger avec les événements de l'Histoire. Mais comme les autres secteurs économiques, elles sont désormais au pied du mur.
S'identifier pour envoyer des commentaires.