La doctrine kantienne du bien et du souverain bien
EAN13
9783639623031
ISBN
978-3-639-62303-1
Éditeur
Univ Européenne
Date de publication
Collection
OMN.UNIV.EUROP.
Poids
387 g
Langue
français
Fiches UNIMARC
S'identifier

La doctrine kantienne du bien et du souverain bien

De

Univ Européenne

Omn.Univ.Europ.

Offres

L'homme ne peut rien vouloir, nous dit Kant, si ce n'est sous l'idée d'une fin et il a besoin, pour pouvoir mettre un terme à la série de ses fins, de concevoir un inconditionné, une fin architectonique sienne, dont le nom est le « souverain bien ». En abordant la vieille question du souverain bien, Kant adhère à une conception antique de la philosophie pratique dans laquelle celle-ci doit enseigner à l'homme en quoi doit consister la fin absolument nécessaire de sa conduite (Que puis-je espérer ?) et comment il peut l'atteindre (Que dois-je faire ?). Mais la théorie du summum bonum qu'il élabore s'oppose aux morales antiques par plusieurs aspects en raison de la méthode qu'il applique. La "Révolution copernicienne" consiste, en effet, à découvrir qu'il faut, en morale, déterminer d'abord la loi morale, pour ensuite en déduire le bien et le souverain bien, contrairement à ce que faisaient les Anciens. Cette méthode conduit à l'idée d'une hétérogénéité des fins humaines qui implique une conception du souverain bien comme une synthèse contenant un rapport de subordination, le bonheur conditionné par la moralité.
S'identifier pour envoyer des commentaires.

Autres contributions de...

Plus d'informations sur Thomas Giraud