Conseils de lecture

Le pianiste blessé
24,00
par (Libraire)
13 septembre 2017

Enquête de liberté

Amies depuis l'enfance, Veronica et Marieke ont toujours été présentes l'une pour l'autre, bien qu'elles soient totalement différentes. A la mort la tante de Veronica, qui l'a élevée, elles décident ensemble de partir sur ses traces en Malaisie et à San Francisco. Pourquoi Klara partait-elle seule pendant cinq semaines tous les ans? Pourquoi ne parlait-elle jamais de ce qu'elle y faisait? Autant de questions auxquelles Veronica et Marieke vont essayer de répondre.
Lors de leur voyage en Malaisie, les deux amies rencontrent James, un ténébreux pianiste. Toutes les deux tombent alors sous son charme...

Le pianiste blessé ne vous laissera pas non plus indifférent : il fait réfléchir sur l'amitié et l'amour, la liberté et les rêves mais aussi les non-dits et les secrets.


Ma reine
17,00
par (Libraire)
8 septembre 2017

Shell est différent. Il est l'idiot du village. Lorsqu'il manque de peu de mettre le feu à la station service de ses parents, ces derniers décident de l'envoyer en institut.
"C'est ce jour-là que j'ai décidé de partir à la guerre", il veut prouver qu'il est un homme.
Mais sur les hauteurs du plateau, pas de guerre si ce n'est le silence, la plaine et... Viviane. Ensemble, ils inventent des jeux, tout devient possible. Elle devient sa reine.

Avec ses personnages hauts en couleur et abîmés, l'auteur nous livre un roman doux emprunt de liberté. Une jolie ode à l'imagination !


Exception française / de Vidocq au Bureau des légendes, 60 ans de séries
20,00
par (Libraire)
5 septembre 2017

Séries à la française !

À travers de multiples exemples, Pierre Ziemniak dresse un état des lieux de la création de séries en France depuis plus de 60 ans. Remontant aux origines, à travers les romans feuilletons ou les feuilletons radiophoniques, et présentant l’évolution des créations, des mini-séries aux formats plus longs, l’ouvrage s’intéresse à la fois aux processus créatifs et aux failles des productions françaises. Le renouveau récent des séries françaises, avec Le Bureau des légendes ou Les Revenants, s’apprécie notamment au vu des exportations à l’étranger ! Comparant la situation avec d’autres nations – USA, Grande-Bretagne, Scandinavie, entre autres – l’auteur montre que le chemin est encore long…
Style précis et incisif, qualités d’analyse et de réflexion, exemples foisonnants ; cet ouvrage se révèle absolument passionnant, donnant surtout envie de s’installer devant le petit écran !


La nuit des béguines
22,00
par (Libraire)
4 septembre 2017

Liberté, liberté chérie.

Libres de Dieu comme des hommes, les béguines vivaient au moyen-âge en communautés, elles pouvaient choisir d’étudier, de travailler et de vivre comme bon leur semble ! En 1310, en plein Paris, l’une de ces communautés évolue paisiblement : Ysabel, qui connaît les secrets des plantes et en fabrique des remèdes, Ade, la jeune veuve solitaire, Jeanne, qui tient une boutique de tissus, et des centaines d’autres… Mais quand débarque Maheut la Rousse, jeune femme rebelle fuyant des noces imposées et pourchassée par un franciscain de sa région, la tranquillité du clos est rompue. À cette époque trouble, où les templiers sont pourchassés, où l’hérésie hante le royaume et où une béguine est brûlée vive pour un manuscrit interdit, ces femmes doivent redoubler d’ingéniosité pour préserver leurs liberté et leur mode de vie !
Étonnant par son thème, attachant par ses personnages - ces béguines libres d’esprit et de corps, à une époque où leurs semblables devaient obéissance à un père ou à un mari -, envoûtant par son style seyant parfaitement à l’époque contée, et étincelant par l’érudition joyeuse dont fait preuve Aline Kiner, La Nuit des Béguines est un récit éblouissant qu’on souhaiterait ne jamais quitter !


Pourquoi les oiseaux meurent
16,50
par (Libraire)
1 septembre 2017

Pluie d'oiseaux et tout le monde s'en fiche ?

Il a plu des oiseaux ! Cette information laisse le narrateur de Pourquoi les oiseaux meurent abasourdi. Ce qui le choque plus encore, c’est que tout le monde s’en fout ! Délaissant son appartement parisien et l’écriture d’une thèse déjà passablement abandonnée, le jeune homme décide de se rendre sur les lieux. Direction Bonsecours, près de Rouen, d’où il est justement originaire. Embarquant à bord d’un bateau de croisière pour troisième âge, il descend la Seine, espérant voir fleurir les indices le long du fleuve… Suivant les maigres pistes obtenues grâce à ses rencontres notre détective progresse lentement, mais il est très loin de se douter qu’il trouvera surtout ce qu’il n’était pas venu chercher !
Dans ce « rivertrip » tonitruant et bourré d’humour, Victor Pouchet parvient à entraîner le lecteur sur les traces d’un phénomène étonnant et inquiétant. Réalisant la prouesse de citer Frédéric Berthet et Charles H. Fort dans un même ouvrage, il nous invite à prêter un peu plus attention à notre étrange environnement !

Les éditions Finitude nous offre en cette rentrée un texte percutant et un objet particulièrement soigné, dont la couverture à elle seule mérite bien quelques instants d’observation (la liste du « casting » en dernière page vous laissera d’ailleurs rêveur) !