Conseils de lecture

Le Livre de poche

8,20
par (Libraire)
12 janvier 2022

Le Gour Noir. La ville appartient à un homme mystérieux et tyrannique. Sous son joug, tout le monde se tait. Pendant ce temps, quatre frères et sœurs grandissent, libres et soudés et font se lever un vent de révolte...
Franck Bouysse récidive (après le superbe "Né d'aucune femme") avec ce roman noir, magnétique et éblouissant !


8,70
par (Libraire)
12 janvier 2022

Dans la petite ville noire de Mallard, depuis des années on cherche à devenir le plus blanc possible. Les jumelles Vignes fuguent hors de cette communauté où rien de se passe.
Quatorze ans plus tard, l'une d'elle revient avec la petite fille la plus noire que les habitants aient jamais vue... Alors les questions fusent : Où est la deuxième jumelle ? Qui est cette enfant noire...?
Brit Bennett revient avec un sublime roman sur l'identité et ce qu'on en fait. Des années 50 aux années 80, elle dessine les trajectoires des jumelles puis de leurs filles dans une Amérique ségrégationniste impitoyable. Un roman difficile à lâcher !


Mayumi INABA

Philippe Picquier

8,00
par (Libraire)
12 janvier 2022

Ressourçant !

Besoin d’une pause dans la frénésie de la vie quotidienne ? Trouvez un endroit confortable, loin des rumeurs de la ville, et plongez-vous dans "La Péninsule aux 24 saisons", un texte d’une incroyable douceur… Apaisant !

À bientôt 40 ans, une femme éprouve le besoin de quitter Tokyo, ses nuits sans obscurité, ses galeries marchandes aseptisées et ses millions d’habitants. Besoin d’une pause dans une vie qu’elle ne maîtrise plus, une vie qui file à toute allure… Quelques années plutôt, elle était tombée sous le charme d’un terrain sur une péninsule proche d’Ise, à quelques 500 km de la capitale nippone. Elle y a fait bâtir une maison, entourée par la forêt et un marais, un havre de paix dans lequel elle part se ressourcer régulièrement. Mais cette fois, elle ne connaît pas la date de son retour. Laissant son studio tokyoïte derrière elle, elle embarque quelques vêtements, des livres, des CDs, son ordinateur et son chat, et monte à bord d’un train qui l’emmènera vers une autre vie. Et durant près d’un an, soit 24 saison selon l’ancien calendrier japonais, elle renoue avec son environnement : balades en forêt, visite à son amie Kayoko qui récolte du miel, cuisine des légumes de saisons, travaux de jardin, observation de la faune locale… Elle admire cette nature luxuriante et vit à son rythme, dans une solitude reposante, écoutant le chant des oiseaux et profitant de la lumière des lucioles. Recevant parfois la visite de sa mère et de sa sœur, elle se plonge aussi dans ses souvenirs, essayant de faire le point et de décider de son avenir ! Au fil des promenades et des rencontres, elle découvre aussi l’histoire de la région, ses mystères, ses tracas, les aléas de la vie en campagne… On éprouve à la lecture de ce merveilleux roman une sensation de plénitude, une envie d’ouvrir les yeux sur les beautés simples et éphémères de notre environnement ! On referme ce livre avec l’impression d’avoir passé une semaine de vacances dans un merveilleux endroit et d’être enfin en accord avec nous-même !


19,50
par (Libraire)
12 janvier 2022

La vertu de l'échec

Si je vous dit « Daniel Radcliff », que vous soyez fan de la saga Harry Potter ou non, ce nom vous parlera : il s’agit de l’acteur qui joue le rôle du célèbre sorcier au cinéma ! Mais si je vous dis « Martin Hill », est-ce que ça vous dit quelque chose ? Non ? C’est normal, c’est le « numéro deux », celui qui n’a pas eu le rôle alors qu’ils n’étaient plus que deux en lice, celui à qui on a dit : « Tu étais très bien, vraiment, mais l’Autre avait un petit quelque chose en plus... » ! C’est sur son histoire que David Foenkinos se penche dans ce roman original. Comment se remet-on d’un échec qui n’en est pas vraiment un ? Comment échapper à ce souvenir alors que les livres puis les films connaissent un succès incommensurable et que le merchandising trouve là son acmé, envahissant notre quotidien de pulls, écharpes et gadgets en tous genres, nous renvoyant au jeune héros et à son histoire ?
Mais ce roman va bien plus loin que le simple récit anecdotique sur Harry Potter, il y est question des drames qui nous traversent, des épreuves, des moyens que l’on trouve pour se relever, des issues de secours que l’on découvre, de l’importance des autres, de la façon dont se sentir aimé peut résoudre bien des difficultés. On s’interroge, en même temps que notre personnage, sur la gloire, sur la sensation d’avoir « raté sa vie », tout en ayant conscience que toute vie a son lot de drames à porter !
Numéro deux est un texte qui déclenche des émotions variées ! David Foenkinos dresse le portrait d’un personnage en souffrance qui lutte pour se relever, mais qui est sans cesse blessé de nouveau, un personnage auquel on s’attache instantanément et pour lequel on éprouve une forte compassion. On passe du rire aux larmes, dans une langue simple, efficace et accessible.


Evie Wyld

Actes Sud

22,50
par (Libraire)
10 janvier 2022

Conte gothique

On s’y croirait, dans cette grande bâtisse écossaise pleine de courants d’air, observant la mer froide battue par les vents. L’atmosphère tendue nous enveloppe, nous enferme presque, dans cette maison pleine de fantômes et de regrets. Engagée par son oncle pour inventorier et trier meubles, tableaux et objets variés, Viviane se sent vite chamboulée par ses souvenirs. Dans la demeure familiale, elle redécouvre l’histoire de Ruth, qui vécut dans la maison après avoir épousé un vétéran de la Seconde Guerre mondiale. Solitaire, « dérangée » diraient certains, Ruth a dû faire face à plus d’un traumatismes. Et que dire de Sarah, cette jeune femme de 14 ans accusée de sorcellerie et pourchassée… Jusqu’où peut aller la violence des hommes dès lors qu’une femme dérange ?
Après deux romans remarqués, Evie Wyld (traduite une fois encore par Mireille Vignot) nous ensorcelle avec ce roman digne des contes gothiques et des plus grands romans féministes !