Conseils de lecture

Retour à Budapest

Sander, Gregor

Quidam Édition

20,00
par (Libraire)
28 janvier 2019

Voyage dans un passé en Allemagne de l'est.

Lorsque Paul offre à sa compagne un voyage à Budapest pour ses 44 ans, Astrid est partagée… Un séjour en amoureux loin du travail et de la routine du quotidien lui plaît mais elle a peur de voir surgir les fantômes de son passé ! C’est d’ailleurs un des buts de Paul : en découvrir davantage sur le passé de la femme qu’il fréquente… Mais est-il réellement prêt à tout entendre ? Car 25 ans plus tôt, en Allemagne de l’est, Astrid a vécu une histoire d’amour qui continue de la poursuivre. Gregor Sander nous balade avec aisance entre passé et présent, entre l’histoire de la RDA, du mur de Berlin, de la Stasi, et les histoires intimes de jeunes gens qui cherchent leur voie… Le regard qu’il porte, à la fois sur ce contexte historique particulier, et sur les personnages à la psychologie complexe, est un regard aiguisé mais aussi plein d’empathie. Une belle découverte !


SPEAK

Carroll Emily / Hals

Rue de Sèvres

20,00
par (Libraire)
22 janvier 2019

"J'avais dit non."

Melinda a 15 ans. Lors d’une soirée, l'été avant l'entrée au lycée, cette jeune fille est victime d’un drame. Elle appelle la police sans pouvoir expliquer ce qui lui est arrivé… Haïe de tous suite à cet appel qui a coupé court à la fête, elle entre au lycée en paria. Murée dans le silence, elle ne peut s’expliquer. Ses professeurs et sa famille ne comprennent pas le revirement total de cette jeune fille autrefois populaire, entourée et aimée.
Une BD poignante, des pages monochromes qui bouleversent, Emily Carroll nous fait entrer dans l’intimité de cette jeune fille déchirée et nous montre comment il est difficile de sortir du silence...


Varsovie - Les Lilas

Maury-Kaufmann, Marianne

Héloïse d'Ormesson

16,00
par (Libraire)
21 janvier 2019

Son histoire et ses blessures, Francine les trimbale avec elle partout où elle va… Et c’est beaucoup, parce que Francine, qui ne s’est pas toujours appelée Francine, ne tient pas en place ! Poussée par l’impérieux besoin de bouger, elle passes ses journées dans le bus 96, changeant de place régulièrement, descendant parfois brutalement parce qu’elle étouffe… Mais à qui raconter sa peine, son histoire ? Sûrement pas à sa fille, qui préfère lui envoyer des textos plutôt que de lui parler. Ni à ce couple d’amis qui semble appartenir à une ancienne vie… Et pourquoi pas à cette fille qui, comme Francine, semble toujours en mouvement ? Mais l’écoute véritable, celle qui nous ramène à la vie, n’est pas toujours là où on l’attend ! Avec son style poignant, empreint de douceur et d’empathie, mais également de colère et de questionnements, Marianne Maury Kaufmann nous entraîne dans les pas de son héroïne, ne laissant personne indifférent !


Voro

Kukkonen, Janne

Casterman

12,00
par (Libraire)
21 janvier 2019

Une voleuse impertinente

Lilya est apprentie à la guilde des voleurs. Depuis des années Seamus, son protecteur et mentor, la forme et l’éduque afin qu’elle soit la plus discrète, la plus rapide et la plus maligne des voleuses ! Et on peut dire que les résultats sont plus que satisfaisants ; la jeune fille espère être bientôt admise officiellement au sein de la guilde et se voir confier des missions complexes et périlleuses… Un jour, guidée par sa curiosité (est-ce vraiment un vilain défaut ?), Lilya espionne une conversation entre Seamus et le chef de la guilde ; à sa grande surprise, elle découvre que le maître des voleurs n’a nullement l’intention de la consacrer voleuse et qu’il la voit plutôt faire le ménage ou entrer au bordel. Lilya voit rouge ! Sa colère renforce sa détermination à prouver sa valeur, même s’il lui faut pour cela enfreindre les règles… Mais en décidant d’agir seule, sur un coup de tête, elle se met dans le pétrin et met aussi en danger son cher Seamus… Il lui faudra redoubler d’ingéniosité pour se sortir de ce mauvais pas (et sauver le monde d’un dieu maléfique, au passage) ! Cette magnifique BD propulse son lecteur dans un univers d’Héroïc Fantasy d’une grande richesse, mettant à l’honneur une jeune fille téméraire et profondément attachante, qui ne se laisse pas marcher sur les pieds…


Dans les angles morts
8,90
par (Libraire)
21 janvier 2019

Le personnage principal de cette histoire est sans aucun doute la maison, ancienne ferme laitière dont les propriétaires ont fait faillite, bâtie en rase campagne à la merci des vents, dans la banlieue lointaine de New-York, habitée par un couple de New-Yorkais, installés là avec leur petite fille de 3 ans. Elizabeth Brundage ne nous cache rien du drame tragique qui vient de s’y produire : Catherine Clare est morte, assassinée d’un coup de hache dans la tête, alors qu’elle dormait dans son lit… Avec ses multiples personnages, ces voix qui tiennent toutes à donner leur avis sur cette affaire, ce roman noir nous entraîne à travers les époques et nous permet peu à peu d’y voir plus clair : qui était Catherine, quel genre de couple formait-elle avec George, qu’est-il arrivé aux anciens propriétaires de la maison ? Savamment construit, avec une écriture d’une finesse redoutable, Dans les angles morts vous happera jusqu’à la dernière page !