Suzette ou le Grand Amour

Fabien Toulmé

Delcourt

  • par (Libraire)
    26 août 2021

    Faites vite la connaissance de Suzette !

    Une BD pleine de douceur et de tendresse, parsemée de réflexions intelligentes et actuelles sur le sexisme et le genre.

    Julie


  • 22 juillet 2021

    Noémie et sa grand-mère Suzette vous emmènent dans un roadtrip jusqu'en Italie, à la recherche d'un amour de jeunesse perdu et d'un bonheur espéré.
    Un récit tendre, drôle et plein d'émotion sur l'amour, la famille et la transmission !


  • par (Libraire)
    9 juillet 2021

    A la mort de son mari, Suzette se remémore son amour de jeunesse d'il y a 60 ans : Francesco. Noémie, sa petite fille la convainc de retrouver Francesco pour le plaisir et l'appréhension de Suzette.
    Ainsi, elles partent en Italie sur les traces de jeunesse de Suzette.
    Joyeux et vivant, parfait pour décompresser pendant l'été !
    Loanne


  • par (Libraire)
    15 juin 2021

    À la mort de son mari, Suzette n'arrive pas à être triste. Noémie, sa petite-fille, la replonge dans ses souvenirs et fait ressurgir son amour de jeunesse, Francesco. Toutes les deux partent alors vers l'Italie pour retrouver cet homme jamais revu, mais toujours aimé.

    Un très beau voyage, une sublime confrontation de générations, une histoire touchante qui se dessine sous les traits délicats de Fabien Toulmé.


  • par (Libraire)
    12 juin 2021

    Délicatesse

    Fabien Toulmé nous embarque avec lui pour un très beau voyage riche en émotions en compagnie de Suzette et Noémie, deux femmes au grand cœur.
    On se laisse porter par ce récit tout en douceur, d'une humanité débordante.
    Du bonheur !


  • par (Libraire)
    8 juin 2021

    Tendre et profondément humain

    La couverture ne ment pas. Elle dit beaucoup de la tendresse qui parcourt ce roman graphique magnifique. Le bleu domine, le bleu de la mer, du camion, de la route, d’un arbre. Le bleu des fonds de pages heureuses. Dans le bleu du véhicule deux personnages souriants. La passagère c’est Suzette, la Mamoun, sexagénaire, elle vient de perdre son mari. Elle n’arrive pas pourtant à être triste. Au volant c’est Noémie, sa petite fille, fleuriste et amoureuse de Hugo. Une termine sa vie, l’autre la commence et le décès du papou adoré va permettre de révéler des secrets. Que sait on de la vie intime de nos grands parents? Des images sépia posées sur une commode, des souvenirs de pêche, mais encore? Petit à petit, Suzette va se confier, livrer ses secrets, raconter la vraie vie, pas celle des repas de famille du dimanche midi mais celle des failles, des fêlures, des bonheurs manqués ou réussis. Toutes deux vont partir sur la route des amours passés et à venir, et se découvrir mutuellement.

    Le talent de Fabien Toulmé réside dans sa capacité à dire l’essentiel avec le minimum d’artifices. Il nous avait séduit et touché avec « Ce n’est pas toi que j’attendais » où il racontait l’arrivée dans son couple d’un enfant « différent ». Sa magnifique trilogie « L’Odyssée d’Hakim » disait l’exil d’un émigré syrien. A chaque fois l’émotion passe par des mots de tous les jours, des dessins a priori simples et sans fioritures. C’est cet humanisme que l’on retrouve dans les amours de Suzette. On part avec elles sur la route dans le camion bleu à la recherche du passé, de souvenirs et on envie à chaque page de découvrir le virage suivant, celui qui offre une nouvelle vue, une nouvelle perspective, en prenant soin de garder dans le regard le rétroviseur, pour ne rien oublier. Les liens familiaux sont essentiels certainement dans la vie de Fabien Toulmé qui sait observer un bisou sur la joue, une caresse de la main, un regard et les traduire avec un simple trait, une bouche en forme d’accent circonflexe ou un oeil rond comme une cerise. Il le fait en prenant son temps, en laissant les cases se multiplier pour dire sans forcer sur les mots. La vie est un long voyage et il ne faut pas retenir que les seuls moments forts qui restent exceptionnels. L’auteur donne son temps au temps dans le bateau qui emmène Hakim ou dans le camion qui transporte Suzette et Noémie. Et la couleur réduite à quelques teintes nuancées, a pour seul objet de traduire une émotion, un moment. Pas réaliste cet arbre bleu, mais il ajoute à la plénitude du dessin, au bonheur du moment en restant aussi discret et nuancé.
    Fabien Toulmé nous parle ainsi de la vie sentimentale des sexagénaires mais aussi des étudiants qui vont acheter leur premier lit chez Ikea. Il est un dessinateur de son temps et donne de Noémie un subtil portait féministe.
    Sur la couverture, si on y prête attention une inscription est écrite sur le camion en petit « Le bonheur en fleurs ». Une belle définition de cette BD qui fait sacrément du bien en préférant les iris aux orties.

    Conseillé par Eric et Vanessa


  • par (Libraire)
    8 juin 2021

    TENDRE ET PROFONDEMENT HUMAIN

    La couverture ne ment pas. Elle dit beaucoup de la tendresse qui parcourt ce roman graphique magnifique. Le bleu domine, le bleu de la mer, du camion, de la route, d’un arbre. Le bleu des fonds de pages heureuses. Dans le bleu du véhicule deux personnages souriants. La passagère c’est Suzette, la Mamoun, sexagénaire, elle vient de perdre son mari, Bernard. Elle n’arrive pas pourtant à être triste. Au volant c’est Noémie, sa petite fille adorée, fleuriste et amoureuse de Hugo. Une termine sa vie, l’autre la commence et le décès du papou adoré va libérer les vannes, permettre de révéler des secrets. Que sait on de la vie intime de nos parents et encore plus de nos grands parents? Des images sépia posées sur une commode, des souvenirs de pêche, mais encore? Petit à petit, Suzette va se confier, livrer ses secrets intimes, raconter la vraie vie, pas celle des repas de famille du dimanche midi mais celle des failles, des fêlures, des bonheurs manqués ou réussis. Toutes deux vont partir sur la route des amours passés, des amours à venir, confrontant leurs expériences, leur différence générationnelle et se découvrir mutuellement.

    Le talent de Fabien Toulmé réside dans sa capacité à dire l’essentiel avec le minimum d’artifices. Il nous avait séduit et touché avec « Ce n’est pas toi que j’attendais » où il racontait l’arrivée dans son couple d’un enfant « différent ». Sa magnifique trilogie « L’Odyssée d’Hakim » disait l’exil d’un émigré syrien. A chaque fois l’émotion passe par des mots de tous les jours, des dessins a priori simples et sans fioritures. C’est cet humanisme que l’on retrouve dans les amours de Suzette qui ne raconte pas la vie d’une rockstar vieillissante mais celle d’une mamie que l’on connait ou dont on a rêvée. On part avec elles sur la route dans le camion bleu à la recherche du passé, de souvenirs et on envie à chaque page de découvrir le virage suivant, celui qui offre une nouvelle vue, une nouvelle perspective, en prenant soin de garder dans le regard le rétroviseur, pour ne rien oublier. Les liens familiaux sont essentiels certainement dans la vie de Fabien Toulmé qui sait observer un bisou sur la joue, une caresse de la main, un regard et les traduire avec un simple trait, une bouche en forme d’accent circonflexe ou un oeil rond comme une cerise. Il le fait en prenant son temps, en laissant les cases se multiplier pour dire sans forcer sur les mots. La vie est un long voyage et il ne faut pas retenir que les seuls moments forts qui restent exceptionnels. L’auteur donne son temps au temps dans le bateau qui emmène Hakim ou dans le camion qui transporte Suzette et Noémie. Et la couleur réduite à quelques teintes nuancées, a pour seul objet de traduire une émotion, un moment. Pas réaliste cet arbre bleu, mais il ajoute à la plénitude du dessin, au bonheur du moment en restant aussi discret et nuancé.
    Fabien Toulmé nous parle ainsi de la vie sentimentale des sexagénaires mais aussi des étudiants qui vont acheter leur premier lit chez Ikea. Il est un dessinateur de son temps et donne de Noémie un subtil portait féministe.
    Sur la couverture, si on y prête attention une inscription est écrite sur le camion en petit « Le bonheur en fleurs ». Une belle définition de cette BD qui fait sacrément du bien en préférant les iris aux orties.


  • par (Libraire)
    7 juin 2021

    Une nouvelle histoire de Fabien Toulmé, touchante, émouvante et profondément humaine. Une fois de plus il parvient à nous fait entrer dans la vie de personnes que l’on croise au quotidien sans jamais se douter de ce qu’ils vivent. Sous son crayon, ces personnes s’animent, s’expriment, existent. Ce ne sont plus des ombres croisées mais des vies pleines, réelles.

    A la mort de son mari, Suzette raconte à sa petite fille Noémie le début de leur histoire, leur mariage arrangé, les compromis de leur vie. Noémie s’étonne, ses grands-parents n’étaient-ils pas un couple idéal ? Une grande histoire d’amour de 60 ans ?
    Suzette lui parle alors de Francesco, son premier amour rencontré en Italie. Une relation rapidement abrégée par le retour de Suzette en France. Noémie s’enthousiasme et lui propose d’entreprendre un voyage à la recherche de son amour de jeunesse perdu.

    Une très belle histoire d’affection et de partage entre une grand-mère et sa petite fille, entre deux époques parfois si semblables, pourtant si lointaines.