• 16 juin 2021

    Bluffant !

    A Middenshot, la folie guette des habitants aussi instables que la météo est capricieuse... Le vent souffle, siffle, annonce ses malheurs, puis laisse place au brouillard, opaque, enveloppant et angoissant.
    C'est alors que l'on apprend qu'un tueur s'est échappé de l'asile, et se met à sévir dans la brume.

    Roman terrible sur la démence et la violence humaines, voilà une lugubre pépite qu'on est pas près d'oublier, à la langue éblouissante et bien pendue. Bluffant !


  • par (Libraire)
    22 mai 2021

    Dans la collection "les hallucinés" des éditions du Typhon (peut-être vous souvenez-vous du superbe "chien noir", de Lucie Baratte ?), voici un roman noir à l'atmosphère terrifiante ! Edgar Mittelholzer est un auteur caribéen qui a notamment connu le succès en Europe grâce au mari de Virginia Woolf.
    Dans les années 1950, à Middenshot, petite ville anglaise, la tranquillité des habitants est sur le point d'être mise à mal... Mais dans la famille Jarrow, les journées et les nuits sont déjà bien perturbées : le père de famille est fou, il croit que sa femme est morte, organisant des séances de spiritisme avec sa fille pour lui parler, alors qu'elle est bien vivante, juste à côté. La fille, Grâce, célibataire, en pince pour son veuf voisin (bien plus âgé qu'elle), Mr Holme, qui lui, de son côté, bien qu'en pinçant également pour elle, se rapproche de plus en plus d'une autre jeune femme...
    Un soir d'hiver, Mr Holme tombe sur un homme qui lui demande de poster une lettre pour lui. Arrivé devant la boîte, Mr Holme regarde l'adresse et se rend compte que le destinataire est le porteur ! Quelle n'est pas sa surprise quand il découvre qu'il s'agit d'une lettre de menace : un tueur rode et est bien décidé à s'attaquer à la petite ville...
    Découpé en trois partie (vent, brouillard, neige) ce roman est tout à la fois effrayant et plein d'humour, questionnant également de nombreux sujets (notamment notre rapport à la violence, les faux semblants, les a-priori)...
    Porté par la sublime édition orchestrée par les éditions su Typhon, ce chef-d’œuvre oublié mérite d'être redécouvert !