A l'approche des fêtes de fin d'année, les difficultés d'approvisionnement en papier peuvent allonger vos délais de livraison jusqu'à 3 semaines pour les livres sur commandes (points orange). Nous vous conseillons d'anticiper vos achats et de privilégier des ouvrages en stock (points verts).

Le Prieuré de l'Oranger

Samantha Shannon

De Saxus

  • 28 avril 2021

    Une intrigue intéressante avec des personnages qui valent le coup mais beaucoup trop de longueurs.

    Qui n’a pas entendu parler de ce roman paru fin 2019 ? Il a fait beaucoup parlé de lui à sa sortie. J’ai laissé la vague passer pour enfin me décider à le lire. Je ne compte plus les avis dithyrambiques sur ce roman, je m’attendais à beaucoup et j’ai été bien déçue.

    Je vais parler de la chose qui m’a le plus gêné dans ce roman, les longueurs. J’ai trouvé qu’une bonne partie du roman ne servait pas à l’histoire. J’avais entendu dire que les 300 premières pages étaient les compliquées et qu’après ça allait mieux. J’ai beaucoup aimé les 400 premières pages (environ). J’ai beaucoup peiné au delà. Je vais être honnête, j’ai sauté beaucoup de passages à partir de la moitié du livre parce que je m’ennuyais.

    L’intrigue de départ est plaisante, un reinaume menacé par l’éveil d’un dragon endormi depuis 1000 ans. Une quête pour empêcher cela d’arriver et quatre points de vue principaux pour bien cerner toute l’intrigue.

    Au niveau des personnages, j’ai beaucoup aimé Ead. Elle est loyale à la reine et fera tout pour la protéger. Elle est franche avec cette dernière, ce qui est très rare à la cour. Ce sont les passages à la cour de la reine Sabran IX que j’ai préféré. Si j’ai aimé également le point de vue Tané, même si son comportement m’agaçait parfois. Je n’ai pas compris l’intérêt du point de vue de Niclays.

    L’autrice met en avant des personnages féminins forts qui font avancer l’histoire et c’est très bien surtout en fantasy où les personnages féminins ont souvent un petit rôle dans l’histoire même si cela bouge ces derniers temps.

    L’autrice développe un univers assez vaste avec des contrées qui ont leurs spécificités. J’aurai aimé en savoir plus. Comme j’aurai aimé passer plus de temps en compagnie des dragons.

    En bref, c’est un avis plus que mitigé pour moi à l’issu de ce roman. Une intrigue intéressante avec des personnages qui valent le coup mais beaucoup trop de longueurs.


  • par (Libraire)
    21 mai 2020

    Un récit de fantasy éblouissant

    Le monde du Prieuré de l'oranger est divisé en deux parties distinctes : l'ouest et l'est. Tandis que l'un craint le retour des dragons de feu - les serviteurs du cruel Sans-Nom qui ont failli détruire le monde le millénaire précédent - l'autre voue un véritable culte aux dragons d'eau.
    Les relations entre l'ouest et l'est sont au point mort depuis de nombreuses années lorsqu'un étranger s'échoue mystérieusement sur une plage des royaumes de l'est.

    C'est avec beaucoup de talent que l'auteure nous raconte simultanément l’histoire des royaumes de l'ouest et de l'est. Sa palette de personnages tous plus vraisemblables les uns que les autres nous entraînent tantôt sur le devant de la scène tantôt dans les coulisses.
    L'auteure joue avec les codes de la fantasy et parvient a créé son propre univers : orignal, cohérent et fourmillant de détails. Sa plume fluide et addictive vous fera passer les pages à un rythme effréné.

    Idéal pour les fans de grandes fresques de fantasy !


  • par (Libraire)
    25 novembre 2019

    Le meilleur roman de Fantasy de l’année !

    La lignée des Berethnet empêche le retour du Sans-Nom, un wyrm qui a jadis terroriser la population et failli réduire la totalité de l’espèce humaine en un tas de cendres. Depuis plus d’un millénaire il sommeille au cœur de la Terre, mais son retour est imminent… Les différentes nations, ennemies depuis toujours, vont devoir s’allier pour la survie du monde.

    Un roman de Fantasy rare, une pépite qu’il faut lire de toute urgence ! Samantha Shannon nous a concocté un univers aux petits oignons dans lequel le lecteur, malgré sa complexité, ne peut se perdre. Tout est fait pour qu’on trouve ce roman, de tout de même 1000 pages, trop court !

    Marine