My absolute darling

My absolute darling

Gabriel Tallent

Éditions Gallmeister

  • 12 juin 2018

    inceste

    L’Amérique profonde : celle qui scolarise à peine ses enfants, qui adule les armes à feu et craint la fin du monde.

    Au bord de l’océan, dans une petite ville de Californie, Martin élève seul sa fille. Il la conditionne à l’arrivée de la fin du monde. Seul compte pour lui l’éducation aux armes à feu.

    Julia, ou plutôt Turtle, surnommée Croquette par son père, sait démonter et remonter ses armes les yeux fermés, et elle en prend soin.

    L’Amérique profonde : Martin revient un jour avec une petite fille Cayenne trouvée sur un parking.

    Ce sont ces éléments du roman qui m’ont le plus marqués.

    Oui, bien sûr, il y est question de l’inceste entre Turtle et son père ; de la descolarisation de Turtle ; de son professeur Anna qui tente de la sortir de sa situation ; de la découverte de l’amour grâce à Jacob ; de la relation père-fils conflictuelle et grand-père – petite fille plus apaisée ; de la nature sauvage présente à chaque page, celle qui reprend le dessus sur l’homme quand on la laisse faire.

    Un roman riche de sujets, vous l’aurez compris.

    Mais le style m’a rebuté : trop âpre, allant à l’essentiel. Nous présentant les faits avec pour seul lien logique « et ».

    Tout ces jurons que les personnages répètent sans cesse m’ont lassé également. Putain et Bon dieu, à la longue c’est un peu court.

    Je suis allée au bout de ma lecture, heureusement pleine d’espoir (on est en Amérique).

    Une lecture qui m’a poursuivi longtemps.

    Un premier roman remarqué, mais qui aurait mérité quelques coupes. Je crois que nous attendons tous le suivant.

    L’image que je retiendrai :

    Celle de la marée montante lors de la pêche à l’anguille.

    Une citation :

    Et c’est difficile parce que c’est assez naturel de penser que ton père te déteste pour une raison valable. On a presque envie de le croire. C’est plus simple que de penser que sa haine est insondable. Ca n’a aucun sens aux yeux d’un enfant. (p.200)


  • 8 juin 2018

    Jusqu'où Turtle est prête à aller par amour pour son père?
    Quand pourra-t-elle se libérer de cette présence qui l'étouffe?
    Le grand combat d'une adolescente pour vivre sans entrave et pour prendre en main son destin. PREMIER ROMAN.
    Rachel


  • par (Libraire)
    18 mai 2018

    Turtle 14 ans vit seule avec son père Martin dans le nord de la Californie. Martin est un père abusif, dans tous les sens du terme. Après sa rencontre avec Jacob Turtle tente de se soustraire à cette autorité paternelle. Turtle est un personnage unique et marquant mais ce que l'on retient surtout de ce roman est l'écriture de Gabriel Tallent, un sublime mélange de violence et de poésie. Un grand roman mais attention aux âmes sensibles.
    Valérie


  • par (Libraire)
    5 mai 2018

    Asphyxié !!!

    KO debout comme après un uppercut au foie... Une histoire monstrueuse portée par une écriture sans concessions.
    Une nature sauvage et indomptée comme ses habitants.
    Mais surtout, une héroïne extraordinaire qui mérite toute notre empathie.
    François.


  • par (Libraire)
    18 avril 2018

    Coup de coeur de Sophie

    Julia dite « Turtle » a quatorze ans et vit à Mendocino en Californie dans une vieille bicoque remplie de boites de conserves et de bière …
    Orpheline de mère elle est « élevée » par son père Martin, un homme rustre, lettré flirtant avec la mouvance survivaliste et qui a une totale emprise sur sa fille.
    Il lui a appris à se débrouiller dans un milieu hostile et à manier avec dextérité les armes mais c’est surtout un père violent et incestueux qui enferme sa fille dans cet univers clos et malsain.
    Mais quelques grains de sable comme la rencontre de Brett et Jacob ou l’irruption de Cayenne une fillette de 10 ans, vont enrayer leur quotidien ritualisé et Turtle va alors entreprendre un long et douloureux périple vers l’émancipation .,,
    Premier livre coup de poing de cet auteur américain qui nous décrit l’indicible et nous plonge dans le ressenti tourmenté de la jeune fille déchirée entre le besoin de son père et son désir de s’enfuir de cet enfer.
    Ce roman est une pépite de littérature car même si le propos est cruel voir perturbant l’écriture le rend lumineux et vous serez comme moi bouleversé par le destin de Turtle.


  • par (Libraire)
    3 avril 2018

    Absolument remarquable !

    Faire plonger le lecteur dans les pensées d’une ado de 14 ans, victime d’un père abusif et manipulateur sans voyeurisme et sans pathos est un véritable tour de force. Gabriel Tallent nous livre un premier roman coup de poing où l’on oscille entre apnée et respiration. Portrait d’une Amérique profonde, "My absolute Darling" est aussi terrible et dérangeant qu’absolument remarquable !


  • par (Libraire)
    2 avril 2018

    Dans une maison remplie d'armes, sur la côte nord de la Californie, vit Julia, avec son père Martin. Julia est nommée Croquette et Turtle par son père. Elle
    a perdu sa mère dans des conditions étranges. Martin y élève Turtle dans une dépendance absolue liée à la perspective de se préparer à l'inévitable chaos planétaire détruit petit à petit par les hommes. Il lui apprend à savoir tirer. Elle est persuadée que la vie est horrible. Elle est violée par son père, écartelée entre des déclarations d'amour fou de son père et des expériences
    d'une cruauté absolue. Gabriel Tallent écrit un roman poignant et magnifique où il ne veut pas nous décrire les abus sexuels mais de faire ressentir le vécu de la victime avec une précision psychologique inouïe. Un vrai roman coup de poing ou électrochoc!


  • par (Libraire)
    31 mars 2018

    My absolute Darling est un roman coup de point! La jeune Turtle, 14 ans, va vous prendre aux tripes, et au cœur. Son père, avec lequel elle vit dans une bicoque au fond des bois, sur la côte californienne, va vous prendre aux tripes, pas au cœur…

    Préparez-vous à encaisser les coups! D’abord quelques crochets d’amour/haine, comme des amuse-gueule, et très vite un direct de violence et d’emprise psychologique qui vous coupe en deux! Le moment idéal pour un uppercut de dépendance affective qui vous met une première fois au tapis. Vous êtes sonné mais quelques moments bouleversants d’amitié, d’entraide, de beauté, vous font vous relever. Les rounds suivants ne vous laisseront aucune chance. Vous irez jusqu’au bout parce que la puissance du roman est telle qu’on ne peut le lâcher. Vous serez dans les cordes de l’incompréhension, de la colère, de la peur, mais vous ne serez pas K.O. Vous sortirez du roman groggy, avec quelques séquelles, mais sans regrets parce qu’un roman comme ça on en lit pas tous les ans.


  • par (Libraire)
    24 mars 2018

    Manger des scorpions dans la forêt...

    On se prend d'affection pour Turtle, 14 ans, qui paraît pourtant sans âge. Au fil des pages, entrez dans son monde disloqué grâce à des descriptions courtes, incisives, d'une clarté déboussolante pour le lecteur. En lisant, on se croirait presque devant un écran géant de cinéma ! La beauté de la nature décrite est foudroyante. Un roman noir qui monte crescendo. Un coup de cœur ABSOLU

    Louise


  • par (Libraire)
    22 mars 2018

    Coup de coeur de Rémi

    Quoi dire ?

    Que c'est un roman stupéfiant, bouleversant ?

    Que Turtle, jeune ado de 14 ans, est un des personnages les plus scotchant que j'ai pu croiser au cours de mes lectures ?

    Que c'est un roman noir porté par une écriture hypnotique, lyrique et dure à la fois ?

    Que j'ignorais qu'un type de mon âge pouvait écrire un texte aussi complet, aussi mature et aussi beau ?

    Un peu tout ça à la fois, pour ce roman effarant et bouleversant...


  • par (Libraire)
    19 mars 2018

    On aime !

    Un roman dérangeant et violent, mais un roman puissant ! Un "absolute" coup de coeur !


  • 17 mars 2018

    terrifiant

    Ce premier roman n’est pas un roman percutant, c’est une déflagration ! Dès les premières pages une incroyable tension s’installe. Elle ne nous quittera pas. On retrouve bien l’esprit des editions Gallmeister et on pense au formidable drame de David Vann: Sukkwan Island !
    Les descriptions propres au « nature writting » sont superbes, très précises, érudites parfois, n’empêche, chacun se fera sa propre idée, son film , de l’environnement du roman !
    Résolument écologiste l’auteur glisse avec force ses idées dans la bouche de ses personnages, et les descriptions de la nature viennent feutrer les atmosphères si pesantes parfois. Mais la nature est parfois hostile. Aussi, les armes sont très présentes dans ce livre, et à portée de tous, même des enfants, ce qui interpelle. Gabriel Tallent a un sens du suspense inouï. Et quel souffle exceptionnel pour maintenir le lecteur en apnée !
    Il y’a aussi une histoire d’amour dans le drame, l’ultime rempart à la désolation, à laquelle personnages comme lecteurs peuvent se raccrocher!
    Est ce donc ça l’amérique que l’on déteste ? C’est de la littérature dérangeante comme dit François Busnel de "la grande librairie" . Aucun lecteur n’oubliera cette sacrée gamine ! Terrifiant.


  • par (Libraire)
    9 mars 2018

    Attention chef-d'oeuvre

    Ce roman à la lecture suffocante et oppressante est un véritable coup de poignard, un pavé lancé dans une eau glaciale dont les violentes oscillations pénètrent la chair et laissent le lecteur complètement abasourdi.
    Quel talent, quelle puissance pour ce premier roman d'un jeune américain qui nous tient avec virtuosité en haleine jusqu'à épuisement total !
    Turtle, 14 ans, vit seule en Californie du Nord dans une cabane envahie par les armes avec son père, un érudit violent et charismatique qui tient des propos délétères et voue à sa fille un amour monstrueux et absolu. Avec une écriture bouleversante et galvanisante, G. Tallent fait le récit tétanisant du combat d'une adolescente pour sauver sa peau et son âme des griffes d'un parent à la perversité illimitée.
    L'ambiguïté et la confusion des sentiments qui unissent le bourreau à sa victime sont ici exprimées avec une intelligence et une finesse qui ont peu d'égal; amour et haine s'entremêlent sans relâche et révèlent toute la complexité et la fragilité de la conscience humaine.
    Précipitez vous de toute urgence pour plonger dans ce roman assassin stupéfiant, un brillantissime et inoubliable thriller psychologique.


  • par (Libraire)
    6 mars 2018

    Roman "avec un coeur absolu et une putain de conviction totale" !

    Turtle est une jeune fille sauvage. Elle connaît les armes et la forêt. Elle vit avec son père, charismatique, violent, abusif mais aimant envers son "amour absolu". Elle aussi aime son père : entre complexe d’Oedipe et syndrome de Stockholm... Lorsqu'elle rencontre deux lycéens perdus dans la forêt, elle fera tout pour trouver sa voie, sa liberté, son avenir.

    Un premier roman noir, prodigieux, effrayant qui dépeint l'âme humaine dans sa noirceur la plus totale. Mais grâce aux personnages qui essayeront d'aider Turtle et au talent de Gabriel Tallent, on entrevoit une lumière, de l'amitié, de l'amour et de la compassion...

    Vous ne pouvez pas passer à côté !


  • 6 mars 2018

    Comment échapper à l'emprise d'un père abusif, charismatique, paranoïaque? Tallent nous livre ici le récit brutal d'une émancipation d'une jeune fille en évitant les pièges du voyeurisme et du misérabilisme.
    Turtle , la nouvelle figure inoubliable de la littérature américaine contemporaine ! Un électrochoc !!


  • par (Libraire)
    5 mars 2018

    Absolument foudroyant !

    Julia, dite Turtle a 14 ans, elle vit avec son père qui la viole régulièrement, dans une maison perdue en pleine forêt. Elle est mauvaise en classe, elle déteste ses camarades et sa professeur de français qui se mêle de tout et qui voudrait l'aider, mais par dessus tout, elle déteste sa propre personne et aime inconditionnellement son père.
    Pourtant Turtle est très intelligente ; elle sait prendre les bonnes décisions pour survivre seule dans la nature.
    C'est quand il s'agit de survivre chez elle et en société qu'il y a un problème.

    Le changement survient dans sa vie lorsqu'elle devient l'amie de deux jeunes garçons un peu plus âgés qu'elle, drôles et attentionnés, qui vont lui faire prendre conscience qu'un autre choix de vie s'offre à elle, si seulement elle faisait un premier pas vers la liberté.

    Un roman qui contient des passages durs, mais aussi de magnifiques instants de découvertes de la nature comparables à un roman d'aventure. Un livre sur l'adolescence et la découverte du monde sombre des adultes mais avec une once de bonté et d'espoir..


  • par (Libraire)
    5 mars 2018

    Turtle-Julia-Croquette et Martin. Un père et sa fille envers et contre tout, unis par une relation malsaine, violente, crasseuse et incestueuse. Passant du statut «d'amour absolu » à celui de « connasse » en fonction des humeurs de Martin, Turtle est une adolescente sauvage élevée à la dure, devant supporter quotidiennement des entraînements aux armes à feu et les discours survivalistes de son père. De plus en plus consciente de la dangerosité et de l'incongruité de leurs rapports, elle fugue plusieurs fois, mais se retrouve immanquablement aux côtés de Marty, persuadée de son amour pour elle malgré une méfiance et une peur constante. C'est lors de l'une de ses fugues qu'elle rencontrera Brett et Jacob, deux jeunes lycéens perdus en pleine forêt, et qu'elle découvrira ce qu'est le désir et l'amour véritable.
    En dépit de son mode de vie rudimentaire et monstrueux, les personnes qui pourraient l'aider ferment les yeux ou ne semblent pas saisir l'ampleur de la situation ; il s'agit notamment de son papy, de Caroline (ancienne amie de sa défunte mère), ou encore d'Anna, la prof insistante mais un peu trop naïve.
    Tiraillée entre l'amour pour son père et son désir de liberté et de normalité, Turtle subit et survit… Mais combien de temps tiendra-t-elle ?

    My absolute darling est un roman haletant, frustrant et révoltant, qui met en exergue la noirceur de l'être humain. On lutte et on subit en même temps que Turtle, on voudrait être aussi fort que l'est cette jeune fille de 14 ans, on sent la rage, sans toutefois succomber au désespoir.
    Malgré le personnage de Martin qui est d'une noirceur absolue, on trouve tout au long de ce roman des valeurs fortes telles que : humanité, volonté, amitié, humour, ou encore amour pur et désintéressé.À lire !

    Coup de cœur !


  • par (Libraire)
    1 mars 2018

    L'histoire de Turtle, quatorze ans, n'a jamais été simple et ne le sera jamais. Auprès d'un père adoré et détesté à la fois, sa vie est réduite à sa passion pour les armes, à l'exploration de la nature avoisinante et à son échec scolaire. La résilience qui l'accompagne se transforme peu à peu en peur et en désir d'autre chose, d'une vie différente. Autour de personnages marquants, My absolute darling nous transporte dans le destin hors du commun de cette jeune fille hors du commun.

    L'écriture de Gabriel Tallent nous entraîne au plus profond de l'âme de ses personnages, mais aussi de ces paysages empreints d'une grande beauté. La nature, les odeurs et les bruits se dévoilent à nous avec une impressionnante clarté ; la Californie est décrite telle qu'on la connaît peu, comme un milieu sauvage où tout peut arriver.

    Ce roman est un texte dur, à ne pas mettre entre toutes les mains, mais qui semble pourtant être indispensable, et qui nous offre un regard sur la nature de l'Homme dans sa plus grande cruauté, mais aussi dans sa force de construction dans un environnement malsain. My absolute darling est le roman de l'indicible, de la peur et de l'affirmation de soi.


  • par (Libraire)
    28 février 2018

    sidération

    Turtle, c'est Julia pour l'état civil, ou "Croquette" pour son père, une jeune fille de 14 ans qui vit seule avec ce tordu dingue des armes à feu, dingue de sa fille dont il a fait sa maitresse.
    "My absolute darling" c'est l'histoire d'une gamine en lutte pour sa survie, physique mais surtout psychologique, prise qu'elle est dans la nasse de cet amour poisseux.
    Dans ce livre qui nous emmène aux tréfonds de l'âme humaine, on croise étonnamment autant de noirceur que de lumière : il y a aussi Jacob et Brett, leur humour irrésistible et leur bienveillance sans faille, cette prof horripilante de bonne volonté, ce grand-père qui cherche une solution...
    On ne sort pas indemne de ce roman hors normes qu'on lit les poings serrés du début à la fin avec une seule question : mais comment tout ça peut-il bien finir????


  • par (Libraire)
    24 février 2018

    Turtle a 14 ans et est coincée dans une relation incestueuse avec son père, Martin, lecteur de philosophie et adepte du survivalisme. En rentrant des cours, il l'oblige à s'entraîner à tirer au fusil, afin qu'elle soit prête pour l'effondrement de la société telle que nous la connaissons. Leur maison est dans un état misérable, la nature y a repris ses droits et le grand-père, alcoolique et dépassé par les événements, n'arrive pas à aider sa petite-fille. Turtle est seule, et pense souvent à s'échapper mais elle finit toujours par revenir auprès de Martin.
    « My absolute darling » fait partie de ces romans difficiles à catégoriser, voire même dont il est presque impossible de parler tant ils vous marquent. Dérangeant, déroutant, passionnant, à la fois vulgaire et sublime : il mérite amplement le titre de chef-d’œuvre.
    Si vous avez aimé « Sukkwan Island » et « Dans la forêt », vous aimerez encore plus « My absolute darling » !


  • 18 février 2018

    TUER LE PERVERS

    Turtle a 14 ans, elle vit en lisière de la société, pleine nature sauvage ou ce qu'il en reste, avec son père, Martin. Son père, son amant aussi, son pervers. Elle apprend à tirer, elle connait les armes, leur maniement, elle connait les araignées, les scorpions, la forêt. Lui pense que le monde est sur sa fin, que tous les signes sont là pour dire que l'inéluctable est proche. Les animaux disparaissent, la nature avec, tout semble fichu. Lui se complait, se plait dans sa relation incestueuse, crasse et violente avec sa gamine, sa " croquette " comme il l'appelle. Croquette. Aliment pour chien, chat. Fille de Martin. Abusée, frappée, humiliée, rabaissée. Le grand père tente de s'y opposer, en vain. Personne ne voit rien, ou laisse faire. Turtle, elle (qui n'a rien d'une tortue), de son vrai prénom Julia, subit, s'endurcit, se laisse faire, consent, se résigne, survit.
    Ce roman est une histoire de survie, de lutte, d'acceptation de l'inacceptable, de relation de l'ineffable. Gabriel Tallent, jeune trentenaire qui fait plus vieux que son âge, a mis huit ans à l'écrire, nous apprend on.
    Comment, à 20 ans, a-t-on l'idée de produire un tel conte cruel? Comment décrit on avec tant de justesse, de maîtrise, l'animal humain? Comment décrit-on si remarquablement une vie pourrie, de fond en comble, vermoulue, vénéneuse comme le sumac du premier paragraphe?
    On pense à David Vann, parfois, autre auteur Gallmeister, on pense à Donald Ray Pollock, un peu aussi. On pense surtout tenir entre nos mains un terrible roman, sans longueurs, sans fautes de goût, dégeulasse comme il faut, qui met en évidence toute la nécessaire exigence de la littérature à montrer l'immontrable, à créer, parfois, des personnages extrêmes, tempétueux, infréquentables, capables de façonner des êtres increvables, immortels, résistants, plus grands que leur vie fétide.
    Pour une fois, Stephen King aura raison de parler de " chef d'oeuvre ", lui qui n'aurait jamais osé écrire un tel livre.

    Lire la suite de la critique sur le site o n l a l u