A l'approche des fêtes de fin d'année, les difficultés d'approvisionnement en papier peuvent allonger vos délais de livraison jusqu'à 3 semaines pour les livres sur commandes (points orange). Nous vous conseillons d'anticiper vos achats et de privilégier des ouvrages en stock (points verts).

La Chair

Rosa Montero

Anne-Marie Métailié

  • 27 mars 2017

    amour

    Encore une fois, Rosa Montero nous parle d’amour.

    Son personnage principal, Soledad, est, dans ce roman, une sexagénaire fraîchement séparée de son compagnon, par ailleurs mari adultère. Pour tenter de se venger, elle fait appel à un escort.

    S’installe entre eux une relation charnelle non tarifée.

    Au même moment, Soledad se voit confier une exposition sur les écrivains maudits. L’occasion pour le lecteur de découvrir une palette d’auteurs damnés (dont Anne Perry, ce que je ne savais pas).

    Nous découvrons également l’enfance si particulière de Soledad en compagnie de sa jumelle Dolores : la maman avait le sens de l’humour. Mais Dolores, souffrant d’une maladie mentale, est enfermée.

    Un roman riche et puissant sur l’amour sororal, l’amour passion qui se termine, l’amour-amitié.

    L’image que je retiendrai :

    Celle de Soledad enfermée dans sa douche et croyant sa dernière heure arrivée.

    http://alexmotamots.fr/la-chair-rosa-montero/


  • 8 mars 2017

    triste désir d'amour

    Très déçue par ce roman alors que la présentation qui en a été faite me donnait le sentiment d'une réelle pertinence et d'une jolie narration. Tout commençait pourtant très bien avec une fort belle phrase d'introduction, mais par la suite, cela se gâte sérieusement.
    Certes, Rosa Montero écrit bien, d'un ton alerte et je l'ai beaucoup appréciée dans son précédent roman. Mais ici, j'ai le sentiment qu'elle a voulu toucher du doigt trop de choses pour être finalement dans la confusion : la femme de 60 ans et le sexe (faut-il vraiment "payer" à cet âge pour jouir ?), les parents qui maltraitent et abandonnent leurs enfants, les gigolos russes, la folie d'une jumelle et j'en passe ... méli-mélo qui me laisse dubitative. J'ai souri quelques fois mais l'ensemble me paraît sinistre et certainement pas féministe. Il ne s'agit pas ici de liberté d'aimer mais de douleur de ne pas l'être. Et de difficulté à s'aimer soi-même.


  • 13 janvier 2017

    Coup de coeur de Laurence

    La chair, celle qui, au fil des années, finit par perdre son tonus, devient flasque, celle qui lorsque votre jeunesse brillait, vous rendait belle...

    Très beau roman sur le thème du vieillissement, de l'amour mais aussi de la folie et de l'art avec des rencontres étonnantes.

    A lire !

    Laurence